Aller au contenu principal

L’agriculture moderne est facteur de biodiversité, estime la Fnsea

Lors d’une conférence le 17 avril, la Fnsea a voulu démontrer que l'agriculture ne détruit pas la biodiversité, au contraire.

"Il faut valoriser davantage ce qui est fait", affirme Christiane Lambert, vice-présidente de la Fnsea.
"Il faut valoriser davantage ce qui est fait", affirme Christiane Lambert, vice-présidente de la Fnsea.
© C. Gloria


La Fnsea a voulu tordre le cou à une idée reçue : que l’agriculture moderne conduit à une réduction de la biodiversité. Pour preuve, la diversité des territoires, le nombre de races exploitées en animaux d’élevage (douze races porcines, 57 races ovines, 46 races bovines, 420 variétés de pommes de terre, etc.). À cela, surtout s’ajoute l’engagement d’agriculteurs sur des objectifs favorables à cette biodiversité. 400 agriculteurs sont impliqués dans un observatoire agricole de biodiversité, 300 concourent pour les prairies fleuries ou 300 gèrent des fermes agrifaunes.

Recensement
C’est à un véritable recensement auquel s’est livré la Fnsea sur les actions menées par l’ensemble de ses partenaires, depuis les chambres d’agriculture jusqu’à la fédération des chasseurs en passant par Farre et Coop de France. L’ensemble de ces organisations ont répondu à un question en décrivant les actions menées. exemples : la Fédération nationale des producteurs de lait et l’interprofession laitière ont mené un programme de recherche à base d’inventaires faunistiques et floristiques liés aux pratiques d’élevage. Les éleveurs de bovins, via notamment les coopératives d’insémination et l’institut de l’élevage ont réalisé un programme de conservation des races à faible effectif, etc. Petites ou grandes initiatives, ces actions nourrissent un volume épais de 140 pages touchant tous les aspects de l’agriculture.

Lutte intégrée
Le plus parlant : la lutte intégrée utilisée en arboriculture, souvent rendue indispensable par l’inefficience des procédés de lutte chimique. Mais attention, faisait remarquer un professionnel : ces luttes intégrées, à partir d’insectes auxiliaires des cultures, peuvent perdre de leur efficacité au bout de quelques années. L’art de la lutte biologique est complexe. Les chambres d’agriculture mènent des travaux spécifiques sur l’utilisation des auxiliaires, par exemple dans le projet «Auximore» en Picardie et Poitou Charentes.
Autre analyse «systémique» de la part des chambres d’agriculture, le suivi des effets non intentionnels des produits phytosanitaires en Bourgogne. Autant d’actions qui nécessitent souvent la collaboration d’instituts techniques et de recherche.
Enfin, à l’attention des exploitants eux-mêmes, la Fnsea a conçu un «auto-diagnostic» sous forme de questionnaire. Il permet de savoir la nature et l’ampleur des efforts menés par l’exploitant en matière de biodiversité. Avec, au passage, un questionnaire sur les surfaces équivalentes topographique. Pour ne pas perdre le fil avec la Pac.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde