Aller au contenu principal

Tribune
Christiane Lambert (FNSEA) : « L’agriculture n’a pas de toit pour se protéger du climat ! »

Christiane Lambert et inondations
La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, en juillet dernier, lors d'un déplacement dans les Ardennes pour constater les dégâts d'une montée des eaux soudaine sur les fourrages et autres cultures.
© FNSEA

Voilà deux mois que les médias relaient quotidiennement l’exceptionnelle pluviosité de l’été 2021. D’abord pour déplorer les inondations et crues dans certaines régions, qui n’ont heureusement pas entraîné les conséquences meurtrières et dévastatrices qu’ont connus nos voisins allemands et belges. Désormais, c’est le moral des Français qui est touché, le temps morose compromet les activités en plein air et la si attendue décompression estivale après des mois de restrictions… L’urgence à gérer la continuité d’un quotidien décent pour les Français dans un contexte de crise sanitaire a fait un temps oublier que, comme disait Jacques Chirac, « la Maison brûle ». Avec cet été à forte pluviométrie, vecteur de déprime économique et psychologique, l’urgence à agir sur le dérèglement climatique se rappelle au « bon » souvenir de tous.  Et particulièrement des agriculteurs, qui, malgré des efforts d’adaptation déjà engagés, prennent de plein fouet depuis six mois, un enchaînement implacable d’épisodes climatiques.

Rarement, nous avons ainsi été confrontés à la cruauté du climat sur un si court pas de temps. Souvenons-nous de ces agriculteurs, viticulteurs, maraîchers… qui ont lutté contre le gel nuit et jour au printemps dernier ; de celles et ceux qui ont vu leurs champs et leurs productions engloutis par les crues des cours d’eau, alors que d’autres subissaient des restrictions d’eau.

La société doit prendre conscience que ses attentes en matière d’alimentation durable ne seront pas totalement satisfaites tant que l’agriculture, cette entreprise sans toit, ne bénéficiera pas des outils et moyens pour lui permettre de s’adapter durablement 

Aujourd’hui, les moissons prennent jusqu’à un mois de retard dans certaines régions et l’excès d’humidité fait apparaître des maladies, comme le mildiou, qui menacent vignes et cultures maraîchères.

Le climat change, c’est indéniable et cela se passe en ce moment sous les yeux de l’ensemble de la société. Pendant que la France connaît un été frais et humide, la Grèce et la Turquie sont dévastées par des terribles incendies dus à la canicule. L’année prochaine, ce sera peut-être l’inverse, personne ne peut le prévoir. Quel que soit le scénario, nous en serons tous les victimes, individuellement et collectivement. Mais l’agriculture, qui travaille à ciel ouvert, est encore plus fortement tributaire de ces aléas et de leur imprévisibilité. Les conséquences sont perceptibles dès cette année par les Français, qui trouvent moins de fruits et légumes, à des prix plus élevés, sur les étals. 

Tout comme la crise COVID a servi d’amplificateur sur la nécessité d’assurer la souveraineté alimentaire de la France, les récents événements climatiques doivent jouer un rôle de catalyseur : la société doit prendre conscience que ses attentes en matière d’alimentation durable ne seront pas totalement satisfaites tant que l’agriculture, cette entreprise sans toit, ne bénéficiera pas des outils et moyens pour lui permettre de s’adapter durablement : outils de prévention pour la gestion de l’eau, stockage, entretien des fossés et cours d’eau, émergence de variétés culturales résilientes, équipements de protection et d’anticipation, outils de compensation avec la rénovation du modèle assurantiel et des calamités agricoles….

Ces sujets sont à l’agenda politique français et européen des prochains mois. A tous les échelons de la décision publique, dans les ministères au niveau national, mais aussi auprès des collectivités territoriales, des agences et des syndicats concernés par la gestion de l’eau, la FNSEA et son réseau martèleront ce principe de réalité pour des décisions politiques courageuses et basées sur des fondements scientifiques et des données aujourd’hui cruellement avérées

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde