Aller au contenu principal

L’agriculture soutenue par le plan de relance Hauts-de-France

Le 2 septembre, Xavier Bertrand présentait dans le détail l’acte 1 du plan de relance Hauts-de-France aux élus samariens. L’agriculture n’a pas été oubliée.

Xavier Bertrand, président de la Région, présentait la déclinaison locale du plan de relance. «7,5 M€ accompagnent la création de valeur en agriculture régionale.»
Xavier Bertrand, président de la Région, présentait la déclinaison locale du plan de relance. «7,5 M€ accompagnent la création de valeur en agriculture régionale.»
© A. P.

 

 

«C’est la crise. Les mois que nous allons vivre seront difficiles de toute façon. Mais nous les encaisserons mieux si le plan de relance régional est réussi», introduisait Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France, le 2 septembre à Amiens. L’objet du jour : présenter aux élus locaux la déclinaison et la mise en pratique locale du plan de relance régional intitulé «protéger dès aujourd’hui et innover pour demain».
Pour rappel, 1,3 Md€ sont mobilisés, dans un plan décliné en cinq axes : sauver les emplois en protégeant l’économie et l’industrie régionale, amplifier la troisième révolution industrielle (Rev3), accompagner les personnes les plus touchées, agir pour le territoire et protéger les citoyens et innover dans la santé.
L’agriculture apparaît dès l’axe 1. Au total, 7,5 M€ «accompagnent la création de valeur en agriculture régionale». «Il s’agit d’augmenter le soutien aux filières en crise comme celles des pommes de terre et du lait, et la consommation de produits locaux notamment par la mise en place des plateformes en ligne d’achats de produits locaux, en partenariat avec la Chambre d’agriculture», est-il précisé. Les achats publics dans les lycées régionaux doivent renforcer le soutien à la filière (cf. article ci-contre).

Le plan agroécologie dès cette année
Pour la Région, la durabilité des filières passera par la transition agroécologique. Un plan régional agroécologie a d’ailleurs été élaboré avec la Draaf et la chambre régionale d’agriculture pour amplifier cette transition en cours pour la période 2020-2025. «Il donnera les moyens aux agriculteurs de transformer leur modèle de production vers plus de durabilité et de sobriété en consommation de ressources naturelles et d’intrants.»
Dans le détail, quatre axes structurants sont identifiés. Le premier axe incite à l’amélioration et à la diffusion des connaissances : accélérer la recherche, l’innovation et le transfert en faveur de la transition agroécologique. L’axe 2 vise à accompagner les agriculteurs dans l’adaptation et la reconception des pratiques et systèmes de production. Le troisième axe ambitionne d’impliquer et d’accompagner les filières et territoires dans la transition agroécologique et renouer le dialogue avec le citoyen. L’axe 4 consiste à observer et piloter l’agroécologie en Hauts-de-France. «Les consommateurs et citoyens français interpellent de plus en plus les agriculteurs et les filières agricoles sur les impacts environnementaux et sanitaires de leurs pratiques, indique le projet. L’enjeu est de transformer notre agriculture en s’adaptant aux exigences de consommation de la société, afin de lui donner un avantage compétitif basé sur la durabilité et la qualité de notre système productif.»

Photovoltaïque et apprentissage
Les agriculteurs pourront s’appuyer sur le plan de relance régional à d’autres niveaux. Par exemple, via les aides au soutient des trésoreries des entreprises (un fonds Covid relance Hauts-de-France de 24 M€) et via le fonds Reboost (30 M€), pour les PME qui connaissent des difficultés conjoncturelles.
Le développement des énergies alternatives peut aussi être une opportunité à saisir pour les exploitations agricoles. Un nouvel appel à projet va notamment être lancé pour les centrales solaires photovoltaïques en autoconsommation d’une puissance de 250 à 500 kWh. Une dizaine de projets seront sélectionné dès le dernier semestre 2020.
En ce qui concerne la main-d’œuvre, la Région souhaite relancer l’accueil des apprentis. «Le dispositif reprise des apprentis va être adapté et les aides régionales actuelles destinées aux apprentis sont élargies aux jeunes en rupture de contrat d’apprentissage et qui sont maintenus en CFA.» Les apprentis diplômés qui envisagent la création d’une entreprise seront éligibles au prêt d’honneur à la création d’entreprise qui va être mis en place.
Autre point qui profitera au secteur agricole : le canal Seine-Nord Europe (382 M€ mobilisés par la région). «La réalisation des ports intérieurs va être accélérée pour viser leur ouverture avant la mise en eau

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde