Aller au contenu principal

L’agriculture, une chance pour le redressement productif de la France

Du 26 au 28 mars, à Troyes dans l’Aube, le syndicalisme majoritaire, conforté par les résultats des élections chambres d’agriculture, a résolument adopté un ton combatif et offensif.

© R. Crémonini, La Marne Agricole et F. Noë

Dès le premier jour, l’élevage a été propulsé au cœur des débats. «C’est une cause nationale» a martelé le président Xavier Beulin dans son discours de clôture. «Nous voulons prendre nos concitoyens à témoin» a-t-il insisté. Des actions syndicales seront organisées dès le 12 avril dans les régions. Elles seront suivies le 23 juin d’une journée nationale à Paris. «Ce sera la fête de l’élevage» a prévenu Daniel Prieur, secrétaire général adjoint de la Fnsea.
«Votre plan de relance, pourquoi pas ? Mais se contenter d’agir sur la PAC et la LME (1), le compte n’y est pas… Où est l’ambition de la compétitivité et de la conquête, de la baisse des charges, de la valorisation des produits, de l’étiquetage de l’origine, de l’exportation… ? En un mot, l’ambition du prix et de la croissance». «Il y a urgence» a lancé Xavier Beulin en direction du ministre de l’Agriculture.
Vers l’élevage, convergent la plupart des préoccupations qui touchent l’agriculture ; que ce soient : les conséquences de la volatilité des cours, l’empilement des normes, la compétitivité de nos entreprises ou encore les zones vulnérables, l’environnement…

Un cadre stable pour se faire entendre
«Nous revendiquons le fait majoritaire. Nous sommes la première force syndicale. Nous sortons d’une période avec deux échéances fortes : l’élection présidentielle et les élections aux chambres d’agriculture. Il faut en tenir compte». Xavier Beulin n’a pas mâché ses mots. Les acteurs sont en place. «Le syndicalisme majoritaire veut être écouté, consulté et entendu. Personne ne conteste la légitimité de votre majorité. Nous attendons le même traitement» a-t-il prévenu. Et d’ajouter : «Monsieur le ministre, ne vous servez pas de nous pour relayer et expliquer des décisions qui sont les vôtres, prises sans concertation préalable». Paraphrasant le slogan du ministère de l’agriculture «Produisons autrement» Xavier Beulin a apostrophé Stéphane Le Foll : «Vous devez travailler autrement : travailler plus et mieux» lui a-t-il dit. Un avertissement au sujet des surenchères de l’administration dans les exigences imposées aux agriculteurs.

La compétitivité au cœur des dossiers
Le congrès a passé en revue les nombreux handicaps imposés aux agriculteurs ; autant de boulets pour la compétitivité alors que l’agriculture est une chance pour la France. «Ce sont des Bobo qui veulent décider des dates d’épandage et des pentes depuis le boulevard Saint-Germain» ironisait le secrétaire général adjoint Jérôme Despey. Ce à quoi répondait en écho Dominique Barrau, secrétaire général : «La représentativité des Verts : moins ils font de points, plus ils font de potin !». Propos que Xavier Beulin a assorti d’une demande forte : «Pour la conditionnalité 2013, nous aurons les règles en avril alors que la campagne est déjà avancée ! Nous voulons une année blanche, c’est-à-dire appliquer en 2013, les règles de 2012».
La PAC a fait l’objet d’une table ronde. Henri Brichart, deuxième vice-président de la Fnsea, a bien résumé le sentiment général : «nous les agriculteurs, nous avons un peu de mal à nous retrouver dans cette PAC. Il y a une certaine forme de bricolage. On enfonce une vis avec un marteau». La Fnsea a, également, tenu à rappeler qu’elle demeurait très vigilante pour les négociations en cours sur la réforme de 2014.
De nombreuses pesanteurs ont été dénoncées comme par exemple «la chasse du gendarme de la concurrence contre toutes les tentatives des producteurs pour s’organiser» les délais administratifs, la fiscalité…
Face à toutes les observations de la Fnsea, le ministre s’est contenté d’annoncer son objectif d’arriver à «mille méthaniseurs installés d’ici à huit ans». Son discours a été émaillé de commentaires de l’auditoire : «Des actes !» ou encore «On apprend rien !». Le contraste entre la volonté de «redonner sa place de leader à l’agriculture française en Europe» affichée par la Fnsea, et la litanie des mesures gouvernementales énoncée une nouvelle fois par le ministre, n’a échappé à personne.

(1)Loi de Modernisation de l’Economie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde