Aller au contenu principal

Covid-19
L’aide aux éleveurs de bovins viande est en place

En mars, le gouvernement annonçait une aide aux éleveurs de bovins allaitants impactés par la crise sanitaire. Celle-ci est ouverte : les éleveurs ont jusqu’au 15 septembre pour formuler leur demande.

L’aide forfaitaire est de 41 € par broutard et de 52 € par jeune bovin éligible.
© Réussir

Fermeture des restaurants et de la restauration collective, forte baisse des prix de vente des jeunes bovins et des broutards… La crise sanitaire du Covid-19 a pesé sur les revenus des exploitations d’élevage de bovins viande. En mars, le Premier ministre Jean Castex annonçait donc la création d’une aide pour ces éleveurs en difficulté, avec une enveloppe de 60 M€. Elle doit permettre la prise en charge «d’une partie de la perte économique engendrée par la pandémie de Covid-19 en 2020, sur la base d’un forfait par animal vendu au cours de cette période».

Selon le ministère, 22 000 producteurs y sont éligibles, pour une somme moyenne estimée entre 2 000 et 3 000 €. Une circulaire d’application FranceAgriMer vient d’être diffusée par le ministère pour préciser les modalités et les démarches à suivre pour y prétendre. Les demandes peuvent être déposées depuis le 26 juillet, jusqu’au 15 septembre 2021 à 12h.

 

Broutards et JB

Les animaux doivent cocher des cases de modalités. L’aide est ciblée sur les broutards mâles âgés de douze mois à la date de la vente, et sur les jeunes bovins de treize à vingt-quatre mois. L’aide forfaitaire est de 41 € par broutard éligible et de 52 € par jeune bovin éligible.

Pour les exploitations, les principaux critères l’éligibilité sont les suivants : disposer d’un numéro Siret actif, être constitué en tant qu’exploitant agricole, présenter au moins dix animaux éligibles (le montant minimum éligible est de 410 €), être le dernier propriétaire pendant plus de cent-vingt jours des animaux vendus pour lesquels l’aide est demandée, être éligibles à l’aide couplée aux bovins allaitants ou démontrer un chiffre d’affaires issu de l’atelier bovin viande d’au moins 60% du chiffre d’affaires total, justifier un revenu disponible par unité de travail non salarié inférieur à 11 000 €.

 

Demande en ligne uniquement

Les formulaires de demande de versement et de régularisation sont dématérialisés. L’aide se demande obligatoirement en ligne sur le site la plate-forme d’acquisition des données(PAD) de FranceAgriMer. Se munir d’un Rib au nom du demandeur, d’une attestation comptable sur les revenus 2020, et d’une attestation comptable du nombre d’Utans par exploitation. Dans le cas où le demandeur constate, avant la date limite de dépôt, une erreur lors du dépôt de sa demande d’aide, il peut modifier sa demande tant que la date limite de dépôt n’est pas échue.

Contact :gecri@franceagrimer.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde