Aller au contenu principal

L’aide « Covid » aux patatiers est ouverte

FranceAgriMer a publié il y a quelques jours les modalités pour bénéficier d’une aide au dégagement des volumes de pommes de terre non valorisés en raison de la crise sanitaire du Covid-19. Les producteurs ont jusqu'au 2 février pour faire leur demande en ligne.

C’est un doux euphémisme de dire que cette aide était très attendue de la filière pommes de terre. Lors de l’assemblée du GIPT, le 9 décembre dernier, l’organisation qui représente les intérêts des professionnels de la transformation de la pomme de terre s’inquiétait encore que le soutien annoncé en juin par le ministre Didier Guillaume ne se soit pas encore concrétisé.

Il aura finalement fallu attendre une décision de FranceAgrimer du 23 décembre 2020 pour connaître les modalités d’attribution de cette aide. « La fermeture des cafés-hôtels-restaurants-établissements de restauration collective et des mesures de confinement de la population ont conduit à un effondrement de la demande de pommes de terre transformées, ce qui a entraîné des excédents de stocks de tubercules importants chez les agriculteurs et déstabilisé le marché », reconnait France Agrimer. « Dans ce contexte, poursuit l’organisme, le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation a mis en place un dispositif de compensation des préjudices financiers induits par la destruction d’une partie des volumes de pommes de terre (…) Cette indemnisation revient à compenser partiellement les pertes de chiffres d’affaires dues à la pandémie ».

Demande dématérialisée

Concrètement, les agriculteurs ayant eu des difficultés à écouler les volumes de pommes produits durant la campagne 2019-2020 en raison de la fermeture de marchés par la crise du Covid-19 peuvent donc prétendre à une indemnisation. La demande, qui s’effectue de manière dématérialisée, s’effectue via un formulaire à remplir sur la plateforme d’acquisition des données (PAD) de FranceAgrimer, avec un numéro SIRET valide. Cette aide doit permettre la prise en charge « forfaitaire » des pertes induites par l’évacuation de pommes de terre « vers l’alimentation animale, la méthanisation ou le compostage industriel ».

Les volumes pouvant être éligibles au dispositif d’aide doivent avoir été évacués entre le 1er mai et le 15 septembre 2020, « sur justificatif ». L’aide exclut en revanche les volumes ayant déjà fait l’objet d’une indemnisation pour la réorientation des pommes de terre vers des débouchés de moindre valeur mise en place par des collectivités territoriales, un autre ministère ou ses services, et des établissements publics pour la même période d’éligibilité des actions.

50 euros par tonne

Le montant forfaitaire d’indemnisation est de 50 euros par tonne. Pour prétendre à une indemnisation, les producteurs doivent pouvoir justifier d’une perte minimale de 24 tonnes par exploitation, correspondant à un montant minimum de 1200 euros. « Aucun montant ne sera versé si la quantité éligible n’atteint pas le seuil avant plafonnement budgétaire », souligne France Agrimer dans sa note. Car il faut noter également que le montant global de cette aide reste quant à lui fixé à 4 millions d’euros, financé par le ministère de l’Agriculture, « et ne peut être dépassé », prévient FranceAgrimer ; ce qui reste en deçà de la promesse de 10 millions d’euros par Didier Guillaume et des attentes de la filière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde