Aller au contenu principal

L'aide ovine 2018 révisée à la baisse : - 0,25 euros par tête

Un arrêté ministériel paru au JO le 26 juillet révise a posteriori le montant de l'aide ovine à 22,05 € par tête (contre 22,3 € précédemment) en France métropolitaine. Ces aides de la campagne 2018 ont déjà été versées aux éleveurs. Cette baisse s'explique par une rectification technique qui n'est pas inhabituelle : «L'enveloppe de ces aides est fixe et le nombre de brebis éligibles s'est sûrement avéré plus important que prévu, ce qui réduit le montant unitaire», avance-t-on à la FNO (éleveurs ovins). La prédation par le loup peut aussi avoir un effet. Les éleveurs prédatés peuvent ne pas atteindre le taux de productivité requis pour prétendre aux aides (0,5 agneau vendus/brebis/an). Dans ce cas, ils peuvent demander une dérogation pour bénéficier de l'aide ovine, qui est généralement acceptée. En 2018, l'enveloppe de l'aide ovine et caprine représentait environ 111 M€. Le gouvernement a deux possibilités pour récupérer la différence : demander aux éleveurs de rembourser le trop-perçu ou diminuer d'autant les aides 2019 qui seront versées à l'automne (hypothèse la plus probable).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde