Aller au contenu principal

Lait : 15 € de plus aux 1 000 litres pour bannir les OGM

La coopérative Lact’Union incite ses éleveurs à s’engager dans une démarche «lait d’animaux nourris sans OGM» pour répondre à la commande de l’un de ses importants clients.

Entre 60 et 70 élevages répartis sur la zone de collecte de Lact’Union pourraient basculer dans la démarche «lait sans OGM» engagée par la coopérative.
Entre 60 et 70 élevages répartis sur la zone de collecte de Lact’Union pourraient basculer dans la démarche «lait sans OGM» engagée par la coopérative.
© Pixabay

Parmi les critères de différenciation du lait de grande consommation, le «sans OGM» gagne du terrain. Après d’autres entreprises implantées dans la région, c’est au tour de la coopérative Lact’Union de proposer à ses adhérents de s’intégrer à cette démarche. Pourquoi maintenant ? «D’autres entreprises se sont déjà lancées et la nature a horreur du vid», rappelait Olivier Buiche, le directeur général de Lact’Union, le 16 octobre dernier à Saint-Riquier. Si nous y allons pas, d’autres le feront à notre place». Pour la coopérative, il s’agit en effet de répondre à la demande (pressante) de l’un de ses principaux clients, l’enseigne de grande distribution alimentaire Lidl. Selon l’industriel, l’enseigne allemande souhaiterait dans un temps relativement court estampiller la totalité des volumes de lait conventionnel qu’il vend de la démarche «lait d’animaux nourris sans OGM». Dans d’autres régions de France, Lidl achète déjà auprès d’autres entreprises du lait garantissant l’absence d’OGM dans l’alimentation des vaches qui l’ont produit.
Associée à d’autres entreprises de collecte du lait au sein d’Orlait, Lact’Union rappelle que l’enseigne Lidl est aujourd’hui «un client important et le seul avec lequel les volumes sont en progression». «Si nous restons sur des marchés standards, nos volumes continueront de baisser», prévient Sébastien Grimonpont. Un autre client du groupe – son identité reste pour le moment secrète – est  également intéressé.

Engagement avant le 9 novembre
Les deux usines de Lact’Union dans les Hauts-de-France – Abbeville (80) et Braine (02) seraient concernées par la collecte de lait d’animaux nourris sans OGM. Pour la première usine, la demande estimée est de 10 millions de bouteilles, soit un besoin de collecte de 13 millions de litres. Elle représente 8% de la collecte du site d’Abbeville et pourrait concerner entre 20 et 25 élevages. Pour l’usine de Braine, la demande est plus importante puisqu’elle porte sur un volume de 18 millions de briques (23 millions de litres) et porterait ainsi sur 45% de la collecte du site, soit 40 à 45 élevages. De manière globale, c’est 15% de la collecte de Lact’Union qui pourrait être engagée dans la démarche «sans OGM». Alors qu’un cahier des charges national reste à définir par l’interprofession laitière française (Cniel), la promesse de Lact’Union est de garantir à moins de 0,9% la présence d’OGM dans l’alimentation animale. Un délai de six mois est également requis entre le début de la collecte «sans OGM» et l’absence garantie d’aliments contenant des OGM sur l’exploitation. A la clé, pour les éleveurs, l’engagement garantit une prime de 15 €/1000 litres, dès le début de la phase de conversion. Le règlement de la coopérative impose par ailleurs un engagement d’une durée minimum de trois ans et l’intégration dans la démarche «Ferme bas carbone». Depuis que l’offre a été présentée, un formulaire de candidature a été envoyé aux éleveurs adhérents de la coopérative. Celui-ci est à remplir et à renvoyer avant le 9 novembre. Début décembre, ces éleveurs sauront s’ils sont retenus, compte tenu de l’adéquation entre l’offre et la demande, et du respect du cahier des charges.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde