Aller au contenu principal

Lait : la FNPL veut défendre une juste rémunération

La FNPL, à l’occasion d’une conférence de presse, a livré son interprétation de l’ordonnance «coopération», dans la loi Egalim.

Thierry Roquefeuil : «Nous nous battons pour l’ensemble de la grande famille laitière, et cela inclut les producteurs livrant à des coopératives. Nous restons donc mobilisés pour défendre leurs intérêts.»
Thierry Roquefeuil : «Nous nous battons pour l’ensemble de la grande famille laitière, et cela inclut les producteurs livrant à des coopératives. Nous restons donc mobilisés pour défendre leurs intérêts.»
© © FNPL



Lors d’une conférence de presse, le 23 janvier, la FNPL a fait un point sur l’actualité de la filière laitière. Elle n’a pas masqué son inquiétude face à un Brexit qui pourrait déstabiliser la filière européenne, qui commençait tout juste à retrouver un équilibre. Les stocks sont actuellement pratiquement vides. La filière française pourrait être particulièrement touchée puisqu’environ 3 % de la collecte est exportée vers le Royaume-Uni.
L’actualité de la filière a aussi été très marquée par les Egalim (Etats généraux de l’agriculture et de l’alimentation) et de la loi qui en découle. La FNPL se félicite du travail accompli sur la question de la répartition de la valeur et du prix, et notamment l’inversion de sa construction, ainsi que la détermination d’indicateurs de coûts de production pour le définir. «La loi nous a permis de dire stop à la destruction de valeur», apprécie Thierry Roquefeuil.
La FNPL reste tout de même vigilante sur les négociations commerciales en cours. Elle espère que les bonnes pratiques affichées par certaines grandes marques ne masquent pas des pratiques destructrices de valeur dans les marques distributeurs. De plus, pour Thierry Roquefeuil, il reste encore des combats à mener. «Nous nous battons pour l’ensemble de la grande famille laitière, et cela inclut les producteurs livrant à des coopératives. Nous restons donc mobilisés pour défendre leurs intérêts», souligne le président. En effet, la coopération échappe à certaines dispositions de la loi, notamment concernant les indicateurs de coûts de production, et fait l’objet de sa propre ordonnance.

Le sociétaire au cœur du dispositif
Une nouvelle version de ce texte a été présentée le 18 janvier dernier. Une version définitive devrait être publiée en avril prochain. Rédigée de la sorte, l’ordonnance prévoit notamment que le conseil d’administration précise, dans son règlement intérieur, la manière dont est calculé le prix prévisionnel payé aux producteurs, en prenant en compte des indicateurs de coûts de production (définis en interne ou en prenant les indicateurs publics).
Si le prix réellement payé est inférieur au prix annoncé, le conseil d’administration devra justifier ce delta, qui sera également un indicateur de la performance de la coopérative. Pour André Bonnard, secrétaire général de la FNPL, cette disposition devrait permettre de renouer le dialogue entre sociétaires et administrateurs. «Le conseil d’administration ne pourra plus décider dans son coin des prix à payer. Il devra les justifier auprès des sociétaires. Cela devrait recréer du débat, du dialogue et favoriser la participation aux assemblées générales», se félicite-t-il.
Il espère que dans l’ensemble des structures, les prix payés seront donc supérieurs aux prix annoncés, reflet d’une performance positive des coopérations. Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL, précise qu’il ne s’agit pas de remettre en cause le modèle coopératif, mais bien de remettre les sociétaires au cœur du dispositif pour une meilleure répartition de la valeur. Enfin, la FNPL a présenté ses vœux pour les élections chambres en cours. Elle espère des résultats favorables afin de continuer sereinement les travaux engagés, mais elle souhaite surtout une participation importante.

 

Les enjeux en vue de la FNPL

Le syndicat va se pencher sur le dossier des coopératives agricoles avec trois enjeux en vue : la rémunération des sociétaires, la performance des coopératives et leur gouvernance. En ce sens, «à l’heure actuelle, le contenu de l’ordonnance [relative aux coopératives] est plutôt bien, estime André Bonnard, secrétaire général de la FNPL. Car il n’y a pas de raison que la coopérative échappe à tout le travail effectué lors des Etats généraux de l’alimentation.»
Aussi, il demande l’inscription, dans le règlement intérieur des coopératives, d’un calcul théorique du prix du lait en fonction du mix produit de l’entreprise et des indicateurs de coûts de production. Les coopératives devront ensuite justifier l’écart entre ce prix et la rémunération effective des sociétaires. «Cela permettra d’évaluer la performance des coopératives», conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde