Aller au contenu principal

lait : le bien-être animal dans la charte d’élevage

L’interprofession laitière vient de se mettre d’accord sur seize indicateurs permettant d’évaluer le bien-être animal dans les troupeaux laitiers. Cette nouvelle thématique fera désormais partie intégrante de la charte des bonnes pratiques d’élevage.

Parole d’éleveur : «Le soin des animaux, c’est la priorité des éleveurs. C’est même notre quotidien. Et ce soin est d’autant plus important que perdre un animal, c’est un coup dur pour l’exploitation.»
Parole d’éleveur : «Le soin des animaux, c’est la priorité des éleveurs. C’est même notre quotidien. Et ce soin est d’autant plus important que perdre un animal, c’est un coup dur pour l’exploitation.»
© Cniel



Les trois familles de l’interprofession laitière (producteur, industriel privé, coopération) ont travaillé à la définition d’indicateurs permettant d’évaluer le bien-être des animaux dans un troupeau laitier. «Nous avions pris l’engagement de travailler sur le bien-être animal lors de l’élaboration de notre plan de filière “France Terre de lait”. C’est maintenant chose faite, explique Daniel Perrin, éleveur laitier et président de la commission Sciences et techniques du Cniel (interprofession laitière nationale). Nous souhaitons, avec cette démarche, valoriser les savoir-faire de la filière laitière, apporter des réponses aux clients, aux consommateurs, et mettre en place les conditions d’une démarche de progrès pour renforcer la compétitivité et l’acceptabilité des élevages
Ainsi, les représentants de la filière ont co-construit, avec l’expertise scientifique de l’Institut de l’élevage, seize indicateurs permettant d’apprécier le bien-être animal. «Pour choisir ces indicateurs, nous nous sommes appuyés sur le Code terrestre de l’OIE (1)(Organisation mondiale de la santé animale), qui fait référence en la matière et sur les cinq libertés fondamentales (cf. encadré) définies par le Farm animal welfare council (FAWC)», précise Nadine Ballot, chargée de projets au Cniel.
«Ces indicateurs sont centrés sur l’animal, ils doivent être facilement observables et mesurables et avoir un intérêt technico-économique. Nous sommes dans une démarche positive, au lieu de courir derrière nos détracteurs. Nous préférons montrer et expliquer ce que l’on fait dans les élevages», avertit Daniel Perrin.

Seize indicateurs du bien-être animal
Les seize indicateurs du bien-être animal sont répertoriés dans cinq rubriques qui correspondent aux cinq libertés fondamentales et sont désormais rajoutés à la charte des bonnes pratiques d’élevage. Lorsqu’un éleveur sera audité dans le cadre de la charte, l’agent vérifiera que tous les points du volet bien-être animal sont respectés et attribuera une note pouvant aller de zéro à vingt. «A partir de ses observations et/ou de ses mesures, le contrôleur va définir un score pour chacun des indicateurs. Après l’agrégation des notes, on obtiendra des résultats pour chacune des libertés et une note finale. Cette évaluation permettra à l’éleveur de se situer pour chacune des libertés fondamentales, mais aussi de pouvoir se comparer à la moyenne nationale», explique Nadine Ballot.
«Si la note est satisfaisante, l’éleveur sera charté. En revanche, si certains points ne sont pas respectés, l’éleveur devra alors apporter des mesures correctives pour se conformer aux critères. Enfin, si la note est insuffisante et que l’éleveur ne souhaite pas engager une démarche de progrès, il ne sera plus en conformité avec la charte et ne sera plus collecté», annonce Daniel Perrin.
Ces nouveaux indicateurs seront pris en compte dans les audits de la charte des bonnes pratiques d’élevage à partir du 1er janvier 2020. «On estime que dans les deux à trois ans, tous les éleveurs auront été audités sur le bien-être animal, et nous serons en avance sur nos engagements qui prévoyaient plutôt cela pour 2025», assure le président de la commission.

(1) Le Code sanitaire pour les animaux terrestres (le Code terrestre) prévoit des normes visant à améliorer la santé et le bien-être des animaux et la santé publique vétérinaire dans le monde. Pour en savoir plus : www.oie.int/fr/normes/code-terrestre.

Bien-être animal : les cinq libertés fondamentales


- Ne pas souffrir de la faim ou de la soif
- Ne pas souffrir d’inconfort
- Ne pas souffrir de douleurs, de blessures ou de maladies
- Pouvoir exprimer les comportements naturels propres à l’espèce
- Ne pas éprouver de peur ou de détresse

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde