Aller au contenu principal

Lait : le dispositif du 26 avril connaît déjà des ratés

La hausse du prix du lait n’est toujours pas acquise.

Les industriels sont pris en tenaille entre les annonces du médiateur,  les producteurs qui attendent une hausse ferme et définitive, et les grandes enseignes qui ne veulent rien entendre de plus. Certains décrochent déjà.
Les industriels sont pris en tenaille entre les annonces du médiateur, les producteurs qui attendent une hausse ferme et définitive, et les grandes enseignes qui ne veulent rien entendre de plus. Certains décrochent déjà.
© Stéphane Leitenberger

Dans un long communiqué, le médiateur des relations commerciales agricoles, Francis Amand, est revenu sur les modalités de revalorisation du prix du lait à la production arrêté le 26 avril dernier. Il est prévu une augmentation de 25 €/1000 litres du prix payé au producteur pour rattraper la hausse des charges qu’ils subissent sur les aliments du bétail. Ce qui correspond à une «hausse technique» à la distribution de 3 centimes par litre pour le lait de consommation et de 2 centimes pour le lait incorporé dans les produits laitiers. «La grande majorité des transformateurs se sont engagés à répercuter aux producteurs qu’ils collectent l’intégralité des hausses de tarifs acceptées par leurs clients distributeurs», reconnaît le médiateur. Il n’en reste pas moins qu’un certain nombre d’entre eux rechignent à le faire et que d’autres n’ont accordé que des avances de trésorerie pour le règlement de la collecte d’avril. En attendant que les grandes surfaces concrétisent leurs engagements sur les pieds de facture.
Car le médiateur précise que cette «hausse technique vient s’ajouter aux tarifs que les parties avaient convenu d’appliquer à cette date (ndlr, le 1er juin), déduction des relèvements tarifaires déjà acceptés sur le lait de consommation par rapport au prix moyen de 2012». Il ajoute que les transformateurs, notamment ceux qui exportent peu et qui ne bénéficient pas de l’amélioration de la conjoncture internationale, seraient en droit d’exiger de leurs clients distributeurs «une nouvelle hausse de leurs tarifs s’ajoutant à la hausse technique recommandée» à compter du mois de septembre.
Il préconise également que la hausse technique prévue dans le dispositif du 26 avril puisse s’appliquer jusqu’au 1er mars 2014 et que les négociations tarifaires avec les distributeurs pour 2014 s’engagent sur la base du prix moyen 2013 intégrant cette hausse technique.

Arbitrage
Le communiqué du médiateur n’a pas contribué à apaiser les transformateurs. Loin s’en faut. «L’accord qui nous est proposé n’est pas applicable. La médiation ne fait qu’aggraver la situation du lait de consommation» a déclaré Giampaolo Schiratti, le président du syndicat des fabricants de lait de consommation (Syndilait). «Nous avons perdu de l’argent en 2012, nous continuerons à en perdre en 2013, si nous appliquons l’accord. Les industriels ne peuvent pas suivre» ajoute-t-il.
Les transformateurs doivent faire face à la hausse du coût des emballages, de l’énergie et du transport, sans oublier la mise en place de l’écotaxe en octobre 2013 qui impactera l’activité aussi des entreprises, observe Emmanuel Vasseneix, administrateur de Syndilait. Aussi demandent-ils aux distributeurs, une revalorisation plus élevée des tarifs d’achat des grandes surfaces, sur un produit, le lait dont le prix n’a pas bougé au détail depuis la mise en place de l’euro. Sinon, les entreprises n’auront d’autres choix que de se tourner vers l’exportation pour exporter du beurre et de la poudre, au détriment de la production de lait de consommation, menace-t-il. D’ailleurs, d’ores et déjà, certaines d’entre elles ont investi massivement dans des tours de séchage de poudre de lait pour profiter du dynamisme des marchés internationaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde