Aller au contenu principal

Lait : les producteurs de lait de la Bresle mettent sur la sellette Eurial

Jeudi 6 septembre, les producteurs de la coopérative laitière de la Bresle sont allés demander des explications à leur collecteur Eurial.

Si les discussions ont été plutôt cordiales entre les producteurs et Eurial, les premiers attendent néanmoins une réaction rapide.
Si les discussions ont été plutôt cordiales entre les producteurs et Eurial, les premiers attendent néanmoins une réaction rapide.
© © A. M.



Dix euros de moins des 1 000 litres par rapport à la moyenne depuis le début de l’année. Il n’en fallait pas moins pour faire bondir les producteurs laitiers de la coopérative ! Samuel Crombez a dû répondre aux questions de la petite quinzaine de responsables et producteurs, venus le rencontrer directement dans son bureau, à Quincampoix (60).
Au mois de juin, Eurial Ultra Frais (Agriaal) avait annoncé un prix pour le troisième trimestre de 325 € les 1 000 litres. Au mois de septembre, ce sont 314 € qui sont finalement actés en conseil d’administration pour rééquilibrer le mois de juillet et août, finalement payés presque 329 €/1 000 l. Selon Samuel Crombez, cela résulte d’«une mauvaise valorisation d’un quart du mix produit, qui n’était pas attendue».
Une réponse qui a fait bouillir les producteurs. Joseph Petit, coprésident de l’Union des producteurs de lait de Picardie (UPLP) et vice-président de la coopérative de la Bresle, s’indigne que «ce soit les producteurs qui paient pour un problème de fonctionnement interne et pour une mauvaise stratégie commerciale !». Si l’on fait le calcul, ce sont dix euros de moins en moyenne par rapport aux autres laiteries de la Somme. Réponse du responsable d’Eurial : «Le prix de base payé à nos producteurs est dans la moyenne pour tout notre bassin de production» (Normandie, Bretagne, Pays de la Loire et une partie de la Somme, ndlr).

Des explications qui ne passent pas
Une excuse insuffisante pour les producteurs samariens. Sébastien Théron, président de la coopérative de la Bresle, demande à la coopérative «d’impérativement mieux valoriser son mix produit pour remonter le prix de base», pour le quatrième trimestre. Le président appelle Eurial au sérieux, car il ne comprend pas «comment les commerciaux d’Eurial vont faire passer des hausses en affichant un prix à la baisse !».
Si les discussions ont été plutôt cordiales, le groupement de producteurs de la Somme, qui ne représente que 55 millions de litres de lait livrés sur une collecte globale d’Eurial Ultra Frais de 2,5 milliards de litres, attend néanmoins une réaction rapide de la part de l’industriel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde