Aller au contenu principal

Lait : les producteurs souhaitent une nouvelle revalorisation du prix

Des revendications sur le prix et la PAC.

Stéphane Le Foll va rencontrer à nouveau les acteurs de la filière laitière.
Stéphane Le Foll va rencontrer à nouveau les acteurs de la filière laitière.
© Claudine Gérard

«Les marchés sont là, il est nécessaire d’envoyer des signes aux producteurs», insiste Thierry Roquefeuil, le président de la Fédération nationale des producteurs de lait. Après avoir engrangé 25 euros d’augmentation du prix du lait au deuxième trimestre, il considère que les entreprises devraient faire un nouvel effort d’ici la fin de l’année. «Nous devrions atteindre un prix économique sur l’année de 340-350 €/1000 litres en moyenne sur l’année 2013», explique pour sa part Patrick Ramet, premier vice-président du syndicat. Une telle revalorisation permettrait de couvrir les coûts de production et serait en phase avec le marché des produits laitiers. Actuellement, le marché de la poudre à l’international est bien orienté, les exportations de produits laitiers sont soutenues et les industriels ont obtenu des revalorisations des tarifs auprès de la grande distribution de 12 % entre octobre 2012 et juillet 2013. Conclusion : les transformateurs devraient poursuivre le mouvement amorcé au printemps.

Une nouvelle table ronde le 7 octobre
Il manquerait encore 2 à 5 eu­ros/1000 litres pour atteindre l’objectif souhaité. Mais la Fnpl craint que les industriels ne jouent pas le jeu. C’est le cas notamment du numéro un français du lait, le groupe Lactalis qui «s’assied» sur les contrats qu’il a signé avec les organisations de producteurs et qui a décidé de fixer unilatéralement un prix inférieur aux demandes professionnelles de 340 €/1000 litres.

C’est la raison pour laquelle, Thierry Roquefeuil vient demander au ministre de l’Agriculture de convoquer une nouvelle table ronde sur le prix du lait, qui avait abouti à la nomination d’un médiateur et à la recommandation d’une augmentation du prix du lait de 25 €/1000 litres. «Nous devons faire le bilan de cette table ronde et établir des perspectives aux producteurs pour la fin de l’année» insiste-t-il. La suivante se tiendra le 7 octobre prochain et Stéphane Le Foll a annoncé qu’il y rencontrerait à nouveau les acteurs de la filière laitière «pour dresser collectivement le bilan de la situation des différents secteurs et tracer les perspectives de la filière dans les mois à venir».
Autre sujet de préoccupation des producteurs de lait, la déclinaison française de la réforme de la Pac sur laquelle le ministre de l’Agriculture devrait annoncer ses arbitrages début octobre. A ce stade, le souci de la Fnpl est de limiter autant que possible les effets négatifs de la réforme sur le revenu des producteurs quelle que soient la taille de leur exploitation et leur système de production. Aussi, se prononce-t-elle sur une convergence des aides «la plus lente possible» plaide André Bonnard, trésorier de la Fnpl. «Une conver­gence à 60 % accompagné d’un plan de modernisation de l’élevage permettrait aux élevages les plus intensifs, à base de maïs de s’adapter», poursuit-il.

Réforme de la Pac
La Fnpl est également favorable à la mise en place d’un paiement redistributif souhaité par le ministre de l’Agriculture pour «surprimer» les 50 premiers hectares et qui permettrait de soutenir davantage les petites exploitations laitières. Le syndicat insiste également pour la mise en place d’une aide couplée à la vache laitière, qui permettrait d’attacher la production au territoire. Et si on y ajoute la revalorisation de l’ICHN dans les zones de montagne et défavorisées, les exploitations les plus extensives qui se trouvent généralement dans ces zones ne seraient pas oubliées.
Reste les systèmes de polyculture élevage qui représentent 30 % de la production laitière nationale qui seraient les grands perdants de la réforme. Pour ceux-ci, la Fnpl souhaiterait que les 2 % d’aides couplées dédiées à la production de protéines soient réservées «aux exploitations qui cultivent des plantes riches en protéines pour l’alimentation de leurs animaux».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde