Aller au contenu principal

Lait : quatre mesures et un médiateur mais la profession insatisfaite

Un médiateur des négociations distributeurs/transformateurs/ producteurs nommé à l’issue de la table ronde sur la filière lait.

Stéphane Le Foll, accompagné de Guillaume Garot, le ministre délégué à l’Agroalimentaire, à l'issue de la table ronde. «Il faut arrêter ces bagarres où chacun se renvoie la balle", a déclaré le ministre de l'Agriculture le lendemain lors de son audition au Sénat.
Stéphane Le Foll, accompagné de Guillaume Garot, le ministre délégué à l’Agroalimentaire, à l'issue de la table ronde. «Il faut arrêter ces bagarres où chacun se renvoie la balle", a déclaré le ministre de l'Agriculture le lendemain lors de son audition au Sénat.
© Actuagri

«Les choses ont bougé», a assuré Stéphane Le Foll a la sortie de la réunion de deux heures trente entre producteurs, transformateurs et distributeurs de la filière laitière, le 8 avril. Le ministre de l’Agriculture a certifié avoir donné les «impulsions» et espère «des traductions concrètes» dès la fin avril pour les mesures conjoncturelles, c’est à dire les plus urgentes. Guillaume Garot, le ministre délégué à l’Agroalimentaire a détaillé les quatre mesures décidées à l’issue de cette réunion : trouver un accord qui concerne toute la production laitière (lait de consommation et lait transformé), la totalité de la hausse au bénéfice des producteurs, des accords transparents et qui, bien sûr sont conformes au droit de la concurrence. C’est peut-être sur ce dernier point, que le plus dur reste à faire car les ententes sont interdites par le droit de la concurrence. «Ce n’est pas à nous de donner un prix», a insisté Stéphane Le Foll. Un médiateur des contrats, Francis Amand, sera en charge du dossier afin de trouver au plus vite un accord. Pour les mesures «structurelles», il faudra attendre encore un peu. Un «deuxième temps de réflexion» se déroulera en mai concernant la loi de modernisation de l’économie (LME) et la loi d’avenir de l’agriculture.

«Agaçant»
Malgré la satisfaction affichée des ministres, à la sortie, les producteurs de lait n'étaient pas dans le même état d’esprit. Les industriels laitiers avaient déjà quant à eux déserté les lieux pour ne pas avoir à faire aux journalistes. «C’est agaçant», a lancé sans détour, André Bonnard, le trésorier de la Fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl).
Le médiateur a repris contact avec les parties prenantes. Les distributeurs devaient lui rendre leurs engagements de réévaluation de prix du lait le 11 avril, à la veille de la mobilisation nationale de la Fnsea. Il travaillera ensuite avec les collecteurs afin de déterminer l’impact que les hausses concédées par la distribution auront sur les bénéfices de chacun d’entre eux. Une fois le calcul effectué, Francis Amand pourra déterminer la hausse du prix du lait que devra garantir chaque collecteur pour que l’intégralité de la réévaluation décidée par les distributeurs soit intégralement répercutée aux éleveurs. «Si tout se passe bien, nous aurons terminé toutes ces étapes la semaine du 22 avril», a-t-il indiqué.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde