Aller au contenu principal

L’Allemagne, nouvelle puissance céréalière

Depuis la réunification en 1990, l’Allemagne a profité de l’expansion de ses surfaces agricoles et d’une politique énergétique favorable pour se positionner au deuxième rang européen derrière la France en matière de production de grains.

Ensilage de maïs pour la production de biogaz. Après avoir fortement encouragé cette production, l'Allemagne vient d'en réduire les avantages.
Ensilage de maïs pour la production de biogaz. Après avoir fortement encouragé cette production, l'Allemagne vient d'en réduire les avantages.
© M. PORTIER

On a beaucoup parlé de la montée en puissance des filières animales et notamment porcines depuis quelques années en Allemagne. Sans remarquer que ce développement s’est accompagné de celui des productions végétales, du blé et du colza en particulier. C’est ce que révèle l’édition du Demeter 2015 qui vient de paraître et qui consacre un dossier à l’agriculture allemande.

Un tiers de surfaces de blé en plus
Depuis la réunification en 1990, l’Allemagne dispose d’une surface agricole utile couvrant 16,9 millions d’hectares, dont la moitié est cultivée en céréales et oléo-protéagineux. L’Allemagne de l’Est a porté dans la corbeille de mariée de vastes étendues très fertiles et de grands domaines, explique Michel Ferret, fin connaisseur de l’agriculture d’outre-Rhin, ancien sous-directeur du service des marchés et des études à FranceAgriMer. L’Allemagne a vu ses surfaces de blé fortement augmenter ces dernières années (3,2 millions d’ha en 2012 contre 2,4 millions en 1990) et elle est devenue le deuxième pays producteur de blé de l’Union européenne, derrière la France. Coté colza, elle occupe la première place, avec une production de 4,6 millions de tonnes.
Toujours selon Demeter, l’augmentation des surfaces en blé, associée à l’amélioration des rendements a permis à l’Allemagne d’accroître sa production de 35 % en vingt ans pour atteindre 22,4 millions de tonnes (15,2 millions de tonnes en 1990). Ce sont surtout les Länder de l’est qui ont contribué à cette expansion : les surfaces y ont progressé de 40 % et les rendements d’environ de 30 %. Le dynamisme des filières animales ainsi que le développement de la production d’éthanol ont favorisé les débouchés intérieurs du blé.

Blés de qualité
Mais le plus remarquable est la position prise par l’Allemagne à l’exportation, au deuxième rang derrière la France. L’Allemagne vend en effet des quantités de plus en plus importantes sur les marchés intra-communautaires et sur les pays tiers (Iran, Arabie saoudite, Afrique de l’Ouest) de blés à haute teneur en protéines que la France a du mal à produire. Elle importe en revanche, des blés de moindre valeur pour l’alimentation animale.
Par ailleurs, la politique énergétique allemande a fortement encouragé le développement de la production de maïs ensilage destiné à la production de biogaz. Les surfaces sont passées de 1,3 million d’hectares au début des années 2000 à 2,2 millions d’hectares en 2012. Cette année-là 40 % de la sole de maïs servait à alimenter les quelque 20 000 méthaniseurs que compte l’Allemagne.
Sur le colza, c’est la PAC qui a fortement contribué à son développement pour des fins énergétiques également. Les deux tiers de la production y sont destinés pour la fabrication de biodiesel, même si cette part régresse depuis quelques années, l’appareil de transformation industriel étant en surcapacité. Les surfaces ont augmenté partout à l’ouest comme à l’est, mais la progression la plus forte a eu lieu dans l’est qui contribue pour 55 à 60 % de la production nationale.

Zones d’ombre
Néanmoins, cette montée en puissance de l’agriculture allemande et des grandes cultures en particulier cache quelques faiblesses, selon Michel Ferret.
Le prix des terres ne cesse d’augmenter et «apparaît comme un point de vulnérabilité du système allemand», estime Demeter. Le coût du foncier a doublé depuis 2000. Il atteignait 21 000 €/ha dans les Lander de l’ouest, 20 % de moins en moyenne à l’est mais néanmoins 17 000 €/ha en Saxe-Anhalt dont les prix sont en forte progression, comme d’ailleurs dans les autres Lander de l’est. Quant au fermage, il s’établissait en moyenne à 240 € pour un hectare de terre arable avec une fourchette comprise entre 105 à plus de 400 €/ha.
L’Allemagne n’est pas non plus épargnée par la montée en puissance des Verts et des réglementations plus ou moins contraignantes qu’ils parviennent à imposer.
Ainsi a-t-elle a compté jusqu’à six ministres «Verts» de l’Agriculture ou de l’Environnement dans les Länder dont on sait qu’ils jouent un rôle important dans la mise en œuvre de la politique agricole.
Enfin, le gouvernement vient de revoir à la baisse les avantages dont bénéficient les énergies renouvelables, le biogaz et son tarif d’achat en particulier qui pourrait mettre un terme à l’expansion du maïs ensilage et donc peser sur le chiffre d’affaires des agriculteurs. Pour certaines exploitations en effet, la production d’énergie est devenue la principale source de revenu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde