Aller au contenu principal

Lancement de la nouvelle Dotation jeune agriculteur

Dans le cadre du programme de développement rural 2014-2020 du Conseil régional Hauts-de-France, un nouvel appel à projet pour la Dotation jeune agriculteur a été publié le 21 juillet. Voici les principaux changements.

La Dotation Jeune agriculteur est une aide au démarrage qui sera versée au minimum en deux fractions sur une durée maximale de 5 ans. Elle est conditionnée à la mise en œuvre d’un plan d’entreprise qui précise notamment la situation initiale et les étapes de développement de l’exploitation.
La Dotation Jeune agriculteur est une aide au démarrage qui sera versée au minimum en deux fractions sur une durée maximale de 5 ans. Elle est conditionnée à la mise en œuvre d’un plan d’entreprise qui précise notamment la situation initiale et les étapes de développement de l’exploitation.
© Fotolia

Face à la non-utilisation depuis quelques années du dispositif des prêts MTS-JA (prêts bonifiés) par les jeunes installés, l’Etat français a lancé une nouvelle modulation à la Dotation Jeune Agriculteur (DJA), appelée «Effort de modernisation et coûts de reprise» en remplacement. La région Hauts-de-France en a profité pour harmoniser la DJA ex-Nord-Pas-de- Calais et ex-Picardie.
Depuis le 21 juillet 2017, les jeunes en cours d’installation peuvent donc bénéficier de la nouvelle DJA. Pour rappel, la DJA est une aide au démarrage en capital, versée en deux fractions sur une durée de cinq ans maximum, sous respect de différentes conditions : mise en œuvre du Plan d’entreprise, validation du Plan de professionnalisation personnalisé… La DJA se compose d’un montant de base de 10 000 euros contre 8 000 eurosauparavant, et de modulations pour un montant global d’aide pouvant atteindre 30 000 euros.

Simon Ammeux, président des Jeunes agriculteurs Nord-Pas-de-Calais
Il y avait urgence à réaffecter les prêts bonifiés sur une autre enveloppe

Le travail de remise à plat des aides à l’installation pour les jeunes agriculteurs a pris combien de temps ?
Au niveau national, c’est un travail qui a pris plusieurs années. Concernant la déclinaison Hauts-de-France, nous avons travaillé sur le projet avec le Conseil régional pendant six à huit mois avant d’aboutir à l’appel à projet définitif paru le 21 juillet.

Quels sont les principaux changements de la Dotation jeunes agriculteur (DJA) ?
Le budget alloué aux prêts aidés auparavant est transféré sur une dotation liée aux investissements. Il y avait urgence à réaffecter les prêts bonifiés sur une autre enveloppe, car dans un contexte de taux très bas, le système n’apportait plus une aide suffisante aux jeunes qui s’installaient et l’enveloppe n’était pas entièrement utilisée. Au niveau syndical, les Jeunes agriculteurs se sont fortement mobilisés pour obtenir ce nouveau dispositif. L’aide sera proportionnelle à ce qui sera investi. Globalement, on parle de 4 000 à 5 000 euros de plus pour un jeune qui s’installe, soit une DJA moyenne d’environ 20 000 euros, avec un plafond à 30 000 euros.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui projette de s’installer ?
Le but du nouveau dispositif est d’inciter les jeunes à faire appel aux aides, mais aussi de s’inscrire dans le parcours à l’installation. C’est un point sur lequel j’insiste beaucoup : le parcours permet d’avoir une meilleure maîtrise de son projet d’installation. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : cinq ans après l’installation, 97 % des jeunes qui ont suivi le parcours sont encore en activité. Ce chiffre n’est que de 60 % pour ceux qui ne l’ont pas suivi.
Propos recueillis par Virginie Charpenet


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde