Aller au contenu principal

Lapins de chair : relancer la consommation, principal défi

La filière lapin de chair reste peu connue, et pourtant, elle s’est fortement modernisée au fil des années. La qualité de la viande française est certifiée.

La promotion de la viande de lapin est une des priorité de la filière.
La promotion de la viande de lapin est une des priorité de la filière. 
© Pixabay

Comme les autres viandes, celle du lapin souffre d’une baisse de consommation. En cause, le coût des aliments élevés et le prix de marché stagnant, mais aussi depuis quelques années, l’image renvoyée par ces petites boules de poils si douces et si mignonnes. La France enregistre une baisse de sa production de lapins en novembre 2020 par rapport à 2019, de 7,1 % pour atteindre 31 800 tonnes. Frédéric Blot, président de la Fédération nationale des groupements de producteurs de lapins (Fenalap*) depuis juin dernier, s’emploiera avec son équipe, pour les deux prochaines années, à poursuivre le travail de défense des éleveurs de lapins et de leurs groupements. Pour cela, quatre priorités ont été retenues : sécuriser le revenu des éleveurs par la contractualisation, la défense et la promotion du métier d’éleveur et de la viande de lapin, l’accompagnement des éleveurs dans la lutte contre la VHD (maladie hémorragique du lapin), et le renforcement d’une dynamique européenne sur les dossiers du bien-être animal et de l’étiquetage de l’origine de la viande de lapin. 

 

Une réglementation qui se durcit

Le bien-être animal concerne aussi, évidemment, la cuniculture. Aussi, les producteurs réunis en association ou en coopératives lancent de nouvelles méthodes de production sans cage pour anticiper des réglementations européennes qui s’annoncent. De son côté, le Clipp, l’interprofession française du lapin, souhaite ainsi passer de
1 % à 25 % de viande de lapin issue d’élevages alternatifs d’ici 2022, et des normes minimales seront définies pour les logements alternatifs. Le Clipp dialogue depuis de nombreuses années avec l’ensemble des acteurs, pour mettre en place des systèmes innovants favorables au bien-être animal, à l’exemple de la première application sur smartphone, lancée fin 2018, pour évaluer le bien-être animal.

Côté bio, l’élevage de lapins est quasi inexistant. Dans ce système, l’éleveur doit lâcher ses animaux dans des parcours herbeux, loin d’être des conditions idéales au niveau sanitaire, d’autant que le lapin reste un animal fragile. L’interprofession recherche actuellement avec l’Itab (Institut de l’agriculture biologique), de l’Itavi (Institut technique de l’aviculture et de la cuniculture) et de l’Inrae, de nouvelles voies pour s’engager dans le bio durable.

Le nombre d’éleveurs, lui, baisse chaque année. Ils sont estimés à environ 600 en France. Pourtant, la production de lapins présente de nombreux atouts au niveau de l’organisation du travail et du suivi technique. Par ailleurs, le lapin apporte une bonne valorisation au sein d’une exploitation agricole car peu gourmand en investissement, le prix est indexé sur le coût de l’alimentation et les éleveurs ont de contrats clairs avec leurs acheteurs. Toutefois, le risque sanitaire comme la VHD (…) peut décimer un élevage.

(*) Créée en 1983, la Fenalap regroupe 14 groupements de producteurs, qui représentent plus de 90 % de la production de lapins en France.

 

La France, gros pays producteur

Dans le monde, la production de lapins de chair est dominée par la Chine, estimée autour de 1,4 million de tonnes par la FAO en 2018. L’Union européenne tient à la deuxième place au niveau mondial. Au sein de l’UE, l’Espagne est le premier pays producteur avec environ 51 400 t en 2020, devant l’Italie et la France (31 800 tonnes) selon les chiffres Itavi. En France, 271 900 tonnes d’aliments ont été produits sur le territoire à destination des lapins.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde