Aller au contenu principal

L’art se (re)découvre au fil des rieux des hortillonnages

Chaque printemps depuis treize ans marque l’ouverture d’une nouvelle édition du Festival international de jardins, aux hortillonnages d’Amiens. 46 installations paysagères dont 12 nouvelles créations sont à découvrir du 26 mai au 16 octobre.

Impossible de se lasser d’une balade aux hortillonnages d’Amiens. Ces trois-cents hectares qui abritent une multitude de petites parcelles, accessibles uniquement en barque grâce à un réseau de canaux, les «rieux», offrent un dépaysement total. Chaque année, la visite du lieu façonné par des générations de maraîchers appelés les hortillons est différente. Il faut dire que le Festival international de jardins qu’il abrite, créé en 2010, le rend unique. «Le jardin, c’est la vie. Et ceux des hortillonnages sont l’identité de la ville. Notre festival rend la culture accessible dans l’espace public», annonce Gilbert Fillinger, directeur de l’association organisatrice Art et jardins.

Cette année, 46 installations paysagères dont 12 nouvelles créations sont à découvrir du 26 mai au 16 octobre. «Notre festival a conforté sa renommée internationale. Nous avons reçu une centaine de candidatures, et le jury a retenu celles qui lui paraissaient les plus pertinentes.» Gilbert Fillinger prévient pourtant : «Les conditions de réalisation sont très difficiles. Il faut pouvoir s’adapter au lieu, parfois inaccessible pour certains matériels, et aux conditions météo.»

Parmi les nouveaux artistes, plusieurs ont été inspirés par les sujets de l’alimentation et l’agriculture. C’est le cas du paysagiste belge Studio Basta, et son Jardin a(c)cueillir. «Ce jardin installé à l’Île aux fagots est un point d’entrée et de sortie du festival. Nous tenions à ce qu’il soit un lieu convivial, où l’on puisse s’y reposer», note Gilbert Fillinger. La création est au croisement entre jardin cultivé, potager et friche boisée, qui constituent les trois espaces types des hortillonnages. La végétation est composée d’une déclinaison de petits fruits. «Au centre, un cabanon fait office de guinguette, avec un comptoir, une table de pique-nique, des transats… Et sous le poirier King prunus, un filet se transforme en assise joueuse pour les enfants», décrivent les organisateurs. 

L’agriculture est aussi au cœur de l’œuvre de l’association paysagiste Vergers urbains, créateurs de La Fascinatrice des hortillonnages. «Le visiteur accoste sur l’île et découvre un environnement à la fois étrange et commun. Une entité mi-monstrueuse, mi-protectrice est garante du lieu.» Le parcours progressif, de plus en plus sauvage, amène le visiteur à se questionner sur la place qu’il occupe sur le site. La plasticienne américaine Thrase Design Studio, elle, a souhaité s’attacher à la préservation du patrimoine local à travers la question de l’érosion des berges. Son jardin est composé de boutures de saule placées sur la berge et maintenues par de la ficelle reliée à des piquets. La pousse des racines des saules aide à la stabilisation. Les plantes émergentes offrent un habitat à la faune locale. 

 

Les pêcheurs glorifiés 

Le collectif H3O s’est plutôt intéressé à la partie invisible du territoire : le monde sous-marin, avec son œuvre l’Île aux housses. «Les artistes se sont servis des photos que les pêcheurs ont fait avec leurs prises, puis les ont reproduites en grand sur des housses imprimées.» Brochets, perches et silures révèlent aux promeneurs ce qui sommeille sous leur embarcation. En plus des nouveautés, des œuvres références font encore partie du festival. On ne se lasse par exemple pas du Potager embarqué de Florent Morisseau (2010), refait cette année, élu plus beau jardin potager de France. Embarquez. 

 

De l’inspiration pour les autres festivals

Le Festival international de jardins est une pépite sur lequel les autres festivals amiénois n’hésitent pas à s’appuyer. Minuit avant la Nuit, festival qu’organise la Lune des pirates, revient pour quatre jours de concerts «entre herbe et eau» les 9, 10, 11 et 12 juin 2022. On y retrouvera entre autres Juliette Armanet, Selah Sue et Feu! Chatterton. Des concerts doivent avoir lieu en bateau et à l’Île aux fagots. Les 26e rendez-vous de la Bande dessinée d’Amiens, tous les week-ends de juin à la Halle Freyssinet, doit aussi proposer des ateliers de dessin en bateau. 

 

Comment découvrir les œuvres ? 

Une partie des œuvres sont accessibles à pied, avec une entrée libre et gratuite. L’accès se fait par le chemin de halage à l’Île aux fagots, pour ensuite rejoindre la presqu’île Robinson. Depuis le boulevard de Beauvillé, empruntez le chemin du Malaquis pour arriver à l’étang de Rivery. Un parcours d’une heure environ.
D’autres œuvres, installées sur des îles, ne sont accessibles qu’en barque ou canoë. Des barques électriques sont à louer à Camon, au port à fumier (35 rue Roger Allou), pour un parcours fléché d’îlots en îlots de 2h30. 
Réservations et tarifs sur www.artetjardins-hdf.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde