Aller au contenu principal

L’ASBS lance en janvier ses AG de groupements de planteurs

Top départ le 6 janvier. Avec quelques nouveautés dans le déroulé de ces AG. Le point avec Etienne Lenaerts, directeur de l’ASBS.

Etienne Lenaerts : «La production betteravière présente une sacrée opportunité pour notre région. C’est une valeur sûre.»
Etienne Lenaerts : «La production betteravière présente une sacrée opportunité pour notre région. C’est une valeur sûre.»
© AAP


Vous évoquez quelques changements dans le tenue de ces assemblées générales. Quels sont-ils ?

Le principal changement pour ces assemblées en 2017 réside dans le fait que, désormais, nous inviterons les planteurs par groupe sucrier, puisque les règles de la concurrence nous interdisent d’évoquer les contrats avec les planteurs qui ne sont pas concernés. La difficulté réside dans le fait que certains planteurs n’auront pas encore choisi leur opérateur sucrier. A l’heure qu’il est, Tereos a déjà en­voyé ses contrats, Saint Louis Sucre est en train de le faire, mais Cristal Union ne l’a pas encore fait.

Quelles sont les questions qui seront abordées au cours de ces assemblées ?
Là encore, elles seront forcément différentes suivant l’appartenance aux groupes sucriers. Ainsi, pour les planteurs de Cristal Union, la question des pulpes sera forcément abordée, et encore plus l’avenir des pulpes de la Sica Pulpes de Haute Picardie, à Epenancourt, que Cristal Union a rachetée.
Toujours sur la question des pulpes, Saint Louis Sucre et Tereos fixent un prix, pulpes comprises. Est-ce que ce paramètre revêt la même réalité pour un planteur de Tereos et un planteur de Saint Louis Sucre ? Il peut y avoir des différences. Il nous faudra faire le point sur le sujet.

J’imagine qu’il y aura, toutefois, un socle commun pour certaines questions ?
En effet. Nous reviendrons sur le bi­lan de campagne. La bonne nouvelle, c’est que dans notre secteur, on devrait terminer autour de 86 à 87 tonnes à 16 en moyenne dans la Somme, plus que ce que nous imaginions au départ. Dans le Nord-Pas-de-Calais, on devrait atteindre les 88 tonnes à 16. En re­vanche, dans l’Oise, cela devrait être autour de 82 à 83 tonnes à 16.
Outre le bilan de campagne, nous reviendrons également sur l’accord interprofessionnel signé en juillet dernier pour trois ans, à partir de 2017. Comme vous le savez, il n’y aura plus de comité interprofessionnel des productions saccarifiées. Il sera remplacé par l’Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre (AIBS). C’est elle, désormais, qui va chapeauter le Centre d’études et de documentation du sucre (Cedus) et l’Institut technique de la betterave (ITB).
Par ailleurs, toutes les discussions sur les volumes et sur les prix ne seront plus abordées au sein de la commission interprofessionnelle, mais au sein des commissions de la répartition et de la valeur que vont mettre en place les coopératives et les industriels sucriers.
Cette commission sera composée des représentants des planteurs et de ceux des fabricants de sucre. Les planteurs mixtes ne pourront pas y siéger, pas plus que les représentants des planteurs qui siègent dans des conseils d’administration d’autres groupes.
Dans le cas des coopératives, c’est le conseil d’administration qui tiendra lieu de commission interprofessionnelle, et c’est ce même conseil qui mettra en place la commission de répartition de la valeur ou qui en fera office. Chez Cristal Union, une autre commission répartition de la valeur sera créée pour les planteurs non-coopérateurs.

Est-ce que cela change littéralement le rôle des syndicats betteraviers quant aux négociations sur les prix ?
Nous pourrons négocier pour le compte des planteurs sur la répartition de la valeur ajoutée. C’est d’ailleurs une obligation parlementaire. La filière sucre est la seule à avoir obtenu cette disposition de partage de la valeur ajoutée entre agriculteurs et transformateurs. C’est une première.
Ainsi que le dit le député européen et membre titulaire de la commission agriculture du Parlement européen, Michel Autin, il y a actuellement un vent porteur sur le ren­forcement du pouvoir des producteurs. C’est pourquoi, il est fondamental que le secteur agricole se mobilise.

Quels sont les autres thèmes qui seront également abordés lors de ces assemblées ?
Nous parlerons également des durées de campagne, ce qui pose la question des arrachages anticipés et tardifs, avec les indemnités qui doivent aller avec, mais aussi de l’accompagnement des planteurs durant toute la campagne, du bâchage des silos de betteraves et de l’enlèvement de ces silos sur les routes départementales.
Autre thème abordé, la présentation des marchés et les perspectives qui en découlent. Pour l’heure, les marchés sont bien orientés. Les vents sont donc plutôt favorables pour l’entrée dans l’après-quota. Reste que les prix seront confrontés à une plus grande volatilité. Aussi la Commission européenne travaille-t-elle à des solutions pour faire face à cette volatilité.

Quels sont les messages que l’ASBS veut passer aux planteurs dans ces assemblées ?
Comme l’a annoncé la CGB à son congrès annuel, on va baisser les cotisations. Une fois cela dit, pour l’année 2017, on a un cadre défini par l’accord interprofessionnel, signé le 22 juillet dernier. Nous entrons dans une période où les fabricants de sucre ont sollicité leurs planteurs pour augmenter leur production de 20 %. Notre but est d’accompagner ces évolutions.
Ce qu’il faut, à présent, c’est que nous améliorons certaines conditions pour que les planteurs augmentent significativement leur production et puissent faire face à l’augmentation de la durée des campagnes, qui va passer de 110 jours en moyenne à 120, voire 130 jours. C’est énorme.
Nous sommes vraiment dans une mutation majeure de la filière betteravière. Pour que les planteurs accompagnent ce mouvement et répondent aux demandes de leurs opérateurs sucriers, ils doivent y trouver leurs comptes, notamment au travers de la répartition de la valeur ajoutée. D’où des discussions aussi à avoir sur les grilles du prix du sucre et du prix de la betterave. Dans tous les cas, la production betteravière présente une sacrée opportunité pour notre région. C’est une valeur sûre. La preuve en est avec la dernière récolte. En dépit des aléas climatiques, les rendements moyens obtenus ne sont pas si mauvais que cela si on les compare à ceux des céréales. Il en est de même sur les prix.

Dernière nouveauté : une réunion spécifique pour les nouveaux planteurs. Pourquoi ?
Au vu des opportunités qui se présentent, et aussi des allongements de campagne, qui peuvent avoir des incidences sur la qualité des betteraves et des rendements, nous souhaitons mettre en place une réunion avec les nouveaux planteurs pour leur proposer des formations sur la technique betteravière, la gestion des coûts de production et les marchés du sucre.
Pour ce faire, nous organiserons à Amiens, à la Maison des agriculteurs, une réunion pour eux, le vendredi 20 janvier, à 9h30.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde