Aller au contenu principal

L’Assemblée va se pencher sur les coopératives

Pour répondre aux débats récurrents sur leur gouvernance, une mission d’information sur les coopératives agricoles va être lancée en septembre, a annoncé le président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Le mouvement coopératif se dit à l’écoute. 

Certains députés doutent de la transparence des coopératives agricoles envers leurs adhérents. Une mission d’information sur les coopératives doit être menée dès septembre. 
Certains députés doutent de la transparence des coopératives agricoles envers leurs adhérents. Une mission d’information sur les coopératives doit être menée dès septembre. 
© Pixabay

La complète transparence de l’information fournie par les coopératives à leurs associés coopérateurs revient souvent dans les débats agricoles, qu’ils émanent des syndicats ou des parlementaires. Cela a de nouveau été le cas le 24 juin lors de l’examen en première lecture de la proposition de loi (PPL) visant à protéger la rémunération des agriculteurs, dite Egalim 2. Certains députés ont fait part de leur réserve vis-à-vis de la transparence que permettent aujourd’hui ces structures envers leurs adhérents. En réaction, le président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, Roland Lescure, a annoncé la mise sur pied d’une mission d’information sur les coopératives agricoles pour septembre. 

 

Adéquation avec les attentes de la société 

Le mouvement coopératif en est convaincu : «La mission d’information parlementaire lancée dans les prochains mois sera, pour la Coopération agricole, l’occasion de valoriser les atouts du modèle et de nourrir la dynamique d’amélioration continue dans laquelle les coopératives sont inscrites», assure Dominique Chargé, président de la fédération de coopératives, dans un communiqué. «Les coopératives agricoles et agroalimentaires [...] sont régulièrement questionnées, ajoute la Coopération agricole. Pourtant, le principe démocratique et les valeurs fortes d’équité et de solidarité notamment, qui sont à l’origine de leur modèle, en font des entreprises en parfaite adéquation avec la quête de sens et de responsabilité économique, sociale et environnementale de plus en plus prégnante au sein de notre société». 

Hasard du calendrier, quelques jours tard, le 30 juin, le Haut conseil à la coopération agricole (HCCA) organisait le webinaire «Entreprises coopératives agricoles : la gouvernance, un enjeu majeur pour demain ?». «Il faut avoir l’humilité de se demander comment je peux m’améliorer», a fait savoir à l’attention des administrateurs de coo- pératives Daniel Chéron, ancien directeur général de Limagrain devenu président du HCCA. Le HCCA anime en son sein l’observatoire de la gouvernance des coopératives, édité depuis 2016. «Cela sera un bon repère», assure Daniel Chéron. 

«Certaines critiques continuent d’émerger, il faut les entendre», a estimé Julien Denormandie en introduisant les discussions. «Soyez sûrs de mon soutien et de mon ambition pour trouver des solutions concrètes», a-t-il ajouté. Des solutions pour maintenir un lien fort avec les associés coopérateurs, il en a justement été question entre proximité territoriale, services à apporter et formation.

«On dit que le pouvoir s’éloigne quand les coopératives s’agrandissent», constate Gilles Bars, président délégué de l’Association nationale de révision et membre du comité directeur du HCCA. «Mais la coopérative doit toujours avoir pour objectif d’atteindre ses associés coopérateurs.» Selon lui, il leur faut créer des sections territoriales. «Il faut décliner la coopérative en territoire», illustre-t-il. 

Cette proximité est primordiale pour coller au plus près des besoins du terrain, assure Evelyne Guilhem, présidente de la Cuma Font del Prat et membre du comité directeur du HCCA. Pour cette agricultrice la méthode est simple : premièrement, écouter le terrain puis apporter les services adéquats aux coopérateurs. «Les agriculteurs sont de plus en plus exigeants», constate-t-elle. 

Il faut dire que «la plupart des jeunes ont des niveaux de formation très élevés», constate Daniel Chéron, le président du HCCA. Face à des adhérents qui en savent autant que les équipes techniques, la coopérative doit monter en compétence et adapter ses pratiques. «Les adhérents attendent de la collaboration et non plus juste un apport de savoir». «La gouvernance et l’organisation des coopératives vont évoluer en fonction des attentes des associés coopérateurs, renchérit Dominique Chargé. Mais aussi des attentes sociétales.» 

 

Advitam crée un pôle filière alimentaire de proximité

Suite à la récente prise de contrôle du distributeur de fruits et légumes Charlet en janvier, le groupe Advitam (coopérative Unéal) a annoncé le 1er juillet le lancement du nouveau pôle Advitam Alimentaire dédié au développement d’une filière alimentaire de proximité dans les Hauts-de-France. Sa promesse pour les adhérents de la coopérative : «de nouveaux débouchés» et «de nouvelles sources de revenus». Pour les consommateurs et la restauration collective : «apporter une réponse innovante aux nouvelles façons de consommer» en «garantissant». Cette nouvelle entité sera composée du groupe de distribution de fruits et légumes Charlet, depuis peu contrôlé par Advitam, ainsi que du réseau de magasins de proximité et de vente en circuits courts Prise Direct’. «Les enjeux sont multiples pour cette nouvelle structure», explique Cédric Cogniez, directeur général de la coopérative Unéal et du groupe Advitam. «Nous proposons à chaque partie prenante, fournisseur, consommateur, client, de s’engager dans un projet stratégique fédérateur. A terme, l’objectif sera de construire un leader régional dans l’alimentation de proximité et de qualité», précise-t-il.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde