Aller au contenu principal

L’attrait des formations agricoles

Stéphane Le Foll s’est rendu à l’institut Charles Quentin de Pierrefonds, ce lundi 12 septembre, jour de la rentrée des étudiants en 1re année de BTS.

Accueil du ministre de l’Agriculture par le président de l’Institut Charles Quentin, Frédéric Altazin, et son directeur, Hervé Flichy, en présence du préfet, et de Jean-Luc Poulain, président de la Chambre d’agriculture de l’Oise, et de plusieurs partenaires des programmes pédagogiques, dont Denis, Harlé d’Ophove, président du Centre régional de la propriété forestière.
Accueil du ministre de l’Agriculture par le président de l’Institut Charles Quentin, Frédéric Altazin, et son directeur, Hervé Flichy, en présence du préfet, et de Jean-Luc Poulain, président de la Chambre d’agriculture de l’Oise, et de plusieurs partenaires des programmes pédagogiques, dont Denis, Harlé d’Ophove, président du Centre régional de la propriété forestière.
© AAP


Ce ministre de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt a l’habitude de visiter un établissement d’enseignement agricole à l’occasion de la rentrée scolaire. Le choix a porté cette année sur un établissement de l’enseignement privé de l’Oise, l’institut Charles Quentin. L’offre en parcours de formation dans cet établissement va de l’entrée au collège à bac + 3, pour préparer aux métiers de la production agricole et de la commercialisation - avec des particularités en jardineries et en produits forestiers - la dernière nouveauté étant une licence en agrofourniture par alternance.
Le ministre n’a fait aucune annonce en matière d’enseignement agricole. Il a seulement fait remarquer que cette filière continue d’attirer les jeunes, puisque les effectifs ont en­core augmenté de près de 0,4 % lors de cette rentrée. Cela, malgré «une crise agricole lourde», mais le choix de cet enseignement par les jeunes relève probablement du «lien avec la nature». Et le mi­nistre a aussi remarqué la beauté et la sérénité du cadre de cette école, implantée au pied du château de Pierrefonds, dans un parc de 13 ha, dont 8 ha de forêt.
Dans cette école a lieu traditionnellement le deuxième lundi de septembre la rentrée des élèves de 1re année en BTS. Ils étaient 54 cette année, majoritairement issus du mi­lieu agricole. Hervé Le Pape, chef de l’établissement, a expliqué le souci de l’équipe pédagogique de former des jeunes bien préparés à la vie active, en anticipant les évolutions, en préservant une agriculture durable et en intégrant davantage d’agro-écologie.

Rentabiliser l’activité agricole
Stéphane Le Foll n’a pu qu’approuver cette démarche, et a ajouté la nécessité de la recherche de gains de compétitivité. Il a rappelé qu’il fallait nourrir une population croissante et résorber la sous-nutrition qui touche encore 750 millions d’êtres humains sur Terre, «dont beaucoup de paysans d’ailleurs». Il faut donc «rechercher la performance économique, faire en sorte que demain on soit compétitif», a dit le ministre, en ajoutant que la priorité est de «protéger nos surfaces agricoles et de les utiliser au maximum».
Ce message s’adressait à des jeu­nes, dont certains ont l’intention de s’installer en agriculture. Ce discours aurait plu aux agriculteurs en activité, d’autant que Stéphane Le Foll a plaidé pour «qu’on simplifie les charges» et pour la nécessité d’une rentabilité de l’activité agricole, donc une juste rémunération des produits. De plus, il prône «une dynamique économique» par la valorisation sur place de nos productions, source d’emplois et d’activités sur les territoires. Il faudrait en effet qu’il en soit ainsi, mais ce n’est hélas pas ce que constatent les agriculteurs français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde