Aller au contenu principal

Betteraves
L’aubois Grégory Besson-Moreau nommé à la tête du conseil de surveillance sur les NNI

Par un arrêté conjoint du ministère de l’agriculture et de la transition écologique du 18 janvier, le député Grégory Besson Moreau (LREM, Aube) a été nommé à la tête du conseil de surveillance « chargé du suivi et du contrôle » du développement d’alternatives aux néonicotinoïdes. La première réunion de cette organisation est prévue le vendredi 22 janvier. 

Grégory Besson-Moreau
Député de l’Aube, membre de la majorité présidentielle, Grégory Besson-Moreau (LREM, Aube) est membre de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Il a notamment été rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur Lactalis en 2018 et celui de la Commis-sion d'enquête sur la situation et les pratiques de la grande distribution et de ses groupements dans leurs relations commerciales avec les fournisseurs (2019).
© V.F.

Créé par la loi du 14 décembre 2020 accordant une dérogation temporaire aux betteraviers, ce conseil de surveillance doit réunir trimestriellement huit parlementaires aux côtés de l’administration, des filières, et des associations.

Sa mission ? On la retrouve inscrite dans le projet de loi portant sur la réautorisation temporaire des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave. Ainsi, précise le législateur, « le conseil se réunit (…) pour assurer le contrôle des avancées et de l’efficacité des tests en matière de recherche et de mise en œuvre d’alternatives aux produits phytopharmaceutiques contenant une ou des substances actives de la famille des néonicotinoïdes ou présentant des modes d’action identiques à ceux de ces substances, ainsi que la conformité de ces avancées à la feuille de route fixée par le Gouvernement en la matière ».

Le rôle du conseil est également d’émettre des « avis sur les dérogations » et d’ « assurer le suivi et l’évaluation de leurs conséquences, notamment sur l’environnement, et de leur incidence économique sur la situation de la filière », tout en ayant un œil sur l’état d’avancement du plan de prévention proposé par la filière de production de betteraves sucrières, les modalités de déploiement des solutions alternatives existantes.

En ce qui concerne la composition de ce conseil de surveillance doit être fixée par décret, on y retrouve, d’après le projet de loi, quatre députés et quatre sénateurs, « dont au moins un député et un sénateur membres de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, représentant proportionnellement les groupes majoritaires et de l’opposition et désignés par les commissions permanentes compétentes en matière d’agriculture et d’environnement de l’Assemblée nationale et du Sénat », le délégué interministériel pour la filière sucre et des représentants des ministères chargés de l’environnement et de l’agriculture, du Conseil économique, social et environnemental (Cese), d’associations de protection de l’environnement, des syndicats agricoles, des filières de production et de transformation concernées, de l’Institut technique de la betterave (ITB), de l’Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation et des établissements publics de recherche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde