Aller au contenu principal

Betteraves
L’aubois Grégory Besson-Moreau nommé à la tête du conseil de surveillance sur les NNI

Par un arrêté conjoint du ministère de l’agriculture et de la transition écologique du 18 janvier, le député Grégory Besson Moreau (LREM, Aube) a été nommé à la tête du conseil de surveillance « chargé du suivi et du contrôle » du développement d’alternatives aux néonicotinoïdes. La première réunion de cette organisation est prévue le vendredi 22 janvier. 

Grégory Besson-Moreau
Député de l’Aube, membre de la majorité présidentielle, Grégory Besson-Moreau (LREM, Aube) est membre de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Il a notamment été rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur Lactalis en 2018 et celui de la Commis-sion d'enquête sur la situation et les pratiques de la grande distribution et de ses groupements dans leurs relations commerciales avec les fournisseurs (2019).
© V.F.

Créé par la loi du 14 décembre 2020 accordant une dérogation temporaire aux betteraviers, ce conseil de surveillance doit réunir trimestriellement huit parlementaires aux côtés de l’administration, des filières, et des associations.

Sa mission ? On la retrouve inscrite dans le projet de loi portant sur la réautorisation temporaire des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave. Ainsi, précise le législateur, « le conseil se réunit (…) pour assurer le contrôle des avancées et de l’efficacité des tests en matière de recherche et de mise en œuvre d’alternatives aux produits phytopharmaceutiques contenant une ou des substances actives de la famille des néonicotinoïdes ou présentant des modes d’action identiques à ceux de ces substances, ainsi que la conformité de ces avancées à la feuille de route fixée par le Gouvernement en la matière ».

Le rôle du conseil est également d’émettre des « avis sur les dérogations » et d’ « assurer le suivi et l’évaluation de leurs conséquences, notamment sur l’environnement, et de leur incidence économique sur la situation de la filière », tout en ayant un œil sur l’état d’avancement du plan de prévention proposé par la filière de production de betteraves sucrières, les modalités de déploiement des solutions alternatives existantes.

En ce qui concerne la composition de ce conseil de surveillance doit être fixée par décret, on y retrouve, d’après le projet de loi, quatre députés et quatre sénateurs, « dont au moins un député et un sénateur membres de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, représentant proportionnellement les groupes majoritaires et de l’opposition et désignés par les commissions permanentes compétentes en matière d’agriculture et d’environnement de l’Assemblée nationale et du Sénat », le délégué interministériel pour la filière sucre et des représentants des ministères chargés de l’environnement et de l’agriculture, du Conseil économique, social et environnemental (Cese), d’associations de protection de l’environnement, des syndicats agricoles, des filières de production et de transformation concernées, de l’Institut technique de la betterave (ITB), de l’Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation et des établissements publics de recherche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde