Aller au contenu principal

Laurence Clabaut, diagnostiquée trop tard

D’ici la fin du mois, Laurence Clabaut va ouvrir la section France Lyme dans la Somme. Retour sur son chemin de croix.

Laurence Clabaut : «Tout le monde peut être touché par cette maladie.»
Laurence Clabaut : «Tout le monde peut être touché par cette maladie.»
© F. G.



Sentir son corps perclus de douleurs de façon permanente et ses capacités intellectuelles fondre comme neige au soleil, ne plus être en capacité de faire quoi que ce soit : tels sont les symptômes qu’a supportés Laurence Clabaut, exposée à la maladie de Lyme. Compagne d’agriculteur, à Hébuterne, dans le Pas-de-Calais, Laurence a toujours évolué dans le milieu équestre. Une passion qui l’a conduite à participer à des concours sportifs et des randonnées de façon régulière, jusqu’à ce qu’elle soit atteinte de la maladie de Lyme, la dépossédant de toute son énergie.
A la suite d’un accident de voiture en 2007, qui aura pour conséquence un arrêt de travail de treize mois, elle éprouve des douleurs articulaires en permanence, sans raison apparente. Les différentes analyses qu’on lui prescrit ne font rien ressortir. Il faudra dix ans avant que le diagnostic ne soit établi. Dans cet intervalle, elle aura connu une errance médicale douloureuse, la perte de son travail, une dépression, une désocialisation accélérée, une perte de poids, la fin de toute pratique sportive, et des commentaires indélicats de certains médecins attribuant ses douleurs permanentes à des problèmes psychologiques. «J’ai vraiment cru que je devenais cinglée. Les docteurs me disaient que c’était dans ma tête. J’ai même pensé un moment en finir tellement je souffrais», raconte-t-elle.

La bonne prise en charge
Quand a-t-elle été exposée à cette maladie vectorielle aux tiques ? Elle ne sait pas, mais «sans doute depuis longtemps. On pense que c’est l’accident de voiture que j’ai eu qui a réveillé la bactérie, suite à la baisse de mon système de défenses immunitaires», explique cette fille de docteur. La polymédication qu’elle pratique la soulage un peu. Mais les examens répétés qu’elle poursuit, de toute nature, ne parviennent pas à définir ce dont elle peut souffrir jusqu’à ce qu’une nouvelle entorse en 2017 la conduise à la maison médicale de Mailly-Maillet, où exerce Jérôme Collgros, médecin, ostéopathe, et membre de la Fédération française des maladies vectorielles aux tiques (FFMVT), qui se bat pour une meilleure reconnaissance des droits des malades.
La description de ses douleurs incite le médecin à la soumettre à un questionnaire sur les symptômes de la maladie de Lyme. Bingo : le test se révèle positif. Aussitôt, il l’envoie faire deux tests : Elisa et Western Blot, à Beauvais. Elle est aussi contrôlée sur seize critères de co-infections. Un mois après, les résultats sont connus. Tout est négatif, mais ses anticorps de maladies infantiles sont diminués de moitié. Un nouvel examen est prescrit : une sérologie sur les lymphocytes du système immunitaire. Le couperet tombe : son système est en immunodépression. Traduction : la maladie de Lyme est bien présente. Le traitement adéquat va pouvoir lui être administré.

En rémission
Mise sous traitement antibiotique durant un mois, elle déclenche une réaction de Herx. Rien d’anormal, en fait. «Les antibiotiques étaient bien ciblés mais, en mourant, les bactéries développent leurs effets», explique-t-elle. Après une pause, elle est de nouveau traitée à partir de traitements chimiques antibiotiques ciblés par rapport à la Boréliose (ou Lyme), couplés à une détoxification du corps en permanence. Sa santé est enfin en voie d’amélioration, même si elle est toujours très fatiguée. Et, depuis juillet 2018, elle est reconnue par la Sécurité sociale comme la première des Hauts-de-France prise en charge à 100 % SPPT (syndrome persistant et polymorphe après une piqûre supposée de tique).
Guérie, elle ne le sera jamais. «J’ai trop de bactéries dans mon corps, planquées dans des tissus inaccessibles. J’ai été diagnostiquée trop tard et j’ai échappé de peu à l’encéphalite», confie-t-elle. Ce qu’elle peut espérer aujourd’hui, c’est que son système immunitaire se renforce de telle sorte à ce que les bactéries infectieuses soient remises en sommeil.
Reconnue ALD Lyme chronique, elle a décidé de se battre, parce que «si le monde agricole et le monde rural sont particulièrement exposés, tout le monde peut être touché par cette maladie. Les tiques sont le principal vecteur, mais ils ne sont pas les seuls. Les insectes hématophages, les taons, les moustiques, les puces ou encore les araignées peuvent la transmettre», détaille-t-elle. Laisser les autres en errance médicale, comme ce qu’elle a connu, c’est hors de question. Aussi a-t-elle décidé d’ouvrir la section France Lyme dans la Somme, à Hébuterne, pour que tout un chacun puisse s’informer sur les maladies vectorielles aux tiques, aller vers les bonnes personnes et les bons traitements afin d’être soigné à temps.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde