Aller au contenu principal

Tradition
Le 1er mai, on ne fait pas ce que l'on veut avec le muguet

La préfecture de la Somme rappelle quelques jours avant le 1er mai les règles qui encadrent la vente de muguet par les particuliers.

muguet
Il est recommandé à quiconque voudrait vendre quelques brins de muguet de se renseigner auprès de la mairie sur la possibilité de le faire… ou pas.
© Jean-Pierre Fermon

A l’occasion du 1er mai, de nombreuses ventes de muguet restent pratiquées sur la voie publique, offrant un peu d’argent de poche à celui qui est allé le cueillir dans son jardin ou en forêt. Pas question en revanche pour les non-professionnels de se fournir en gros pour ensuite revendre à son compte.

Les préfectures et autres pouvoirs publics locaux le répètent chaque année : « si une tolérance existe, et uniquement pour la journée du 1er mai, pour permettre à des non professionnels de vendre ce brin de fleur, cette pratique n’en demeure pas moins encadrée afin d’éviter une concurrence déloyale aux fleuristes professionnels ».

Les conditions de cette vente exceptionnellement tolérée peuvent ainsi faire l'objet d’arrêtés municipaux. Il est donc recommandé à quiconque voudrait vendre quelques brins de muguet de se renseigner auprès de la mairie sur la possibilité de le faire… ou pas.

Les fleurs autorisées à la vente par des particuliers doivent « non cultivés ». Il s’agit donc des brins cueillis dans le jardin ou en forêt. Ils doivent par ailleurs être présentés sans racine, sans adjonction de feuillage ou d'autres fleurs, dépourvues d'emballage et de tout contenant. Les vendeurs doivent en outre poser à même le sol leurs fleurs, sans pouvoir utiliser « d’installations fixes », comme une table par exemple. 

Enfin, la vente ne doit pas avoir lieu à proximité d’un fleuriste. La distance minimum peut être comprise entre 40 à 50 mètres, selon les communes.

En cas de non-respect des règles, la vente pourra être considérée comme étant réalisée « à la sauvette » et punie par une amende forfaitaire de 300 euros. Pas sûr que la récolte de cette année soit à la hauteur du risque encouru…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde