Aller au contenu principal

Le bâtiment en Cuma

Les Coopératives d’utilisation de matériels agricoles se posent de plus en plus de questions sur le hangar en commun.

«Aujourd’hui, avec notre bâtiment, nous avons notre identité», disait Hubert Avet, président de la Cuma des Evoissons, lors de l’inauguration de celui-ci, le 22 janvier dernier. C’est une étape importante pour cette Cuma, créée en 1982, qui s’est développée pour finir par rassembler plus de cent quarante adhérents, avec un large parc de matériel et un chiffre d’affaires de 340 000 €.  La réflexion autour du bâtiment a commencé en 2010. Ce projet a pris neuf années avant de sortir de terre.
Mais les choses se sont vraiment accélérées lorsque l’occasion d’acheter un terrain de 10 000 m², bien positionné, n’appartenant pas à un adhérent, s’est présentée. Le choix d’un hangar fermé de 1 500 m², majoritairement en béton, a été privilégié pour un coût de 280 000 €. Le bâtiment comprend une aire de lavage, une salle de réunion et un bureau. Maintenant, c’est au tour de la Cuma des Evoissons de recevoir des groupes d’agriculteurs et d’échanger sur les projets, notamment lors des rencontres hivernales organisé par la FRCuma où les participants ont pu visiter le bâtiment.

Le déclic pour la Cuma de Belloy-sur-Somme
Lors de ces rencontres, les adhérents de la Cuma de Belloy-sur-Somme ont pu voir les avantages du bâtiment, confortant leur projet naissant. «Nous avons une Cuma bien développée, avec une quarantaine d’adhérents et environ trente-trois matériels. Nous couvrons de larges activités, à savoir, l’arrachage de pommes de terre, le semis de maïs et aussi la fenaison, mais nous avons un problème de stockage», dit son président, Vincent Lepers. Le stockage se fait actuellement chez les adhérents, mais cette solution a ses limites, car ils ne savent pas toujours où se trouve le matériel. Sans compter que celui-ci n’est pas toujours à proximité de tous les adhérents. Et «avec les nouvelles activités, la taille du parc augmentant, nous avions de plus en plus de mal à avoir un stockage efficace qui convienne à tous les adhérents», ajoute-t-il.
Les adhérents de la Cuma se sont donc réunis pour discuter de ce projet. Durant leur réunion hivernale, ils ont donné leur avis favorable pour continuer la réflexion. «Nous avons créé une commission jeunes pour travailler avec le bureau, et nous avons décidé de mettre au point une feuille de route afin de cadrer notre projet», précise Tim Vermersch de la commission jeune.

Quel chemin pour la Cuma ?
La toute première étape a été la visite des Cuma ayant un bâtiment, avec un atelier, un phytobac, etc., afin de recueillir les meilleures idées du réseau durant l’année 2019-2020. Une première visite a été organisée à la Cuma de la Verloossoise (62).
Une visite fort intéressante pour eux, puisque cette Cuma est comparable à leur situation. Elle se compose, en effet, de trente-six adhérents avec tout type de matériel, «excepté l’arrachage des betteraves, ainsi que la fenaison», précise Vindicien Delcourt.
Suite à ces visites, la conception du bâtiment théorique émergera, avec le choix des matériaux, le type de bâtiment et les équipements souhaités, ainsi qu’un ordre de prix, toujours courant 2019-2020. Le groupe jeune présentera au bureau le fruit des visites. Durant toute cette réflexion, la recherche du terrain idéal sera une étape indispensable et cruciale.
Fort d’un projet clair, le groupe passera ensuite à l’étape des devis et du financement à l’horizon 2020. Une fois le devis choisi et le plan de financement acté, il ne restera plus qu’à valider le tout par les membres de la Cuma afin de débuter les travaux.

Votre fédération régionale des Cuma au plus proche de vos projets !

La fédération des Cuma vous accompagne dans l’émergence et la structuration de vos projets de groupes, première étape pour sa réussite. Puis, grâce à un fort réseau diversifié, la FRCuma vous emmènera découvrir des projets réussis afin de vous permettre d’échanger avec d’autres groupes d’agriculteurs et d’en tirer les pratiques gagnantes !
Avec cet accompagnement, la vision de votre projet sera dégagée et les perspectives réelles.

Pour tous renseignements, n’hésitez pas à contacter l’antenne d’Amiens au 03 22 53 30 32.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde