Aller au contenu principal

Le blé français à la reconquête de marchés export

FranceAgriMer a relevé le 10 octobre ses estimations d’export de blé tendre vers les pays tiers, dans la perspective d’une reconquête de débouchés perdus. L’établissement national prévoit 8,8 Mt (contre 8,5 Mt le mois dernier) d’exportations de blé français à l’international, soulignant des «opportunités» de marché. «La France pourrait reconquérir l’Afrique subsaharienne, grâce à une récolte de qualité remarquable», a souligné le chef de l’unité grains et sucre Marc Zribi. Après une moisson désastreuse en 2016, le blé français avait cédé du terrain face à la concurrence de la mer Noire. Ses disponibilités apparaissent correctes sur 2018-2019, à la différence notamment de l’origine pays balte, très affectée par la sécheresse. L’export de blé français progresse fortement sur l’Algérie, avec 1,798 Mt d’embarquements sur trois mois (+53 % en glissement annuel). Un débouché sur lequel pèse la menace de la Russie mais seulement «pour les campagnes à venir», a indiqué le délégué pour la filière céréalière Ludovic Pâris, signalant des contacts récents entre les deux pays. Pour l’heure, le blé russe ne répond pas au cahier des charges algérien, d’après lui. Mais la Russie étant devenue «un très gros acteur à l’export», les opérateurs réfléchissent à «une diversification de ses pays cibles». La France défend aussi ses intérêts en Algérie : Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangers, y effectuera une visite au 1er trimestre 2019 avec des représentants de la filière céréalière, confirme FranceAgriMer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde