Aller au contenu principal

Le Brexit déséquilibre lourdement le budget de la PAC

Entre 1,2 et 3,1 Milliards d’Euros. C’est la fourchette du déficit de financement de la PAC qui résultera du Brexit.

Le Brexit va reposer la question du financement de la PAC, et donc de ses moyens d’action sur sa prochaine programmation.
Le Brexit va reposer la question du financement de la PAC, et donc de ses moyens d’action sur sa prochaine programmation.
© PATRICK CRONENBERGER

La Chambre des communes a approuvé le projet de loi donnant au gouvernement britannique le pouvoir d’activer l’article 50 du Traité de Lisbonne qui lancera deux années de négociations de sortie de l’UE. Le premier ministre Theresa May a par ailleurs promis que les députés seraient amenés à se prononcer sur les termes du Brexit avant le résultat final de ces négociations. «Ce sera un vote important», a estimé le secrétaire d’État au Brexit, David Jones. «Il laissera le choix entre sortir de l’Union européenne avec ou sans un accord négocié» avec Bruxelles. Le projet de loi doit maintenant être examiné par la Chambre des Lords, qui devrait également l’approuver. Il a été en revanche rejeté par le Parlement écossais lors d’un vote purement symbolique à Édimbourg.
«Il est évident que le Brexit se traduira par un important déficit dans le financement de la Pac une fois que les contributions du Royaume-Uni, d’un côté, et les dépenses liées à l’agriculture britannique, de l’autre, auront été supprimées», s’inquiète sur le plan budgétaire la commission de l’agriculture du Parlement européen dans une note technique signée de son président, le polonais Czeslaw Siekierski, et destinée à alimenter la réflexion de l’Assemblée qui devrait voter en avril une résolution politique sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Une récente analyse publiée sur le sujet évalue ce déficit entre 1,2 milliard et 3,1 milliards € si l’UE veut maintenir les niveaux de dépense actuels pour les 27 États membres restants. Reste que l’équation est suspendue à trois facteurs importants : la volonté (ou non) des États membres restants d’accroître leurs contributions au budget de l’UE pour compenser totalement ou partiellement le retrait du Royaume-Uni ; la volonté (ou non) des autorités budgétaires de continuer à consacrer la même part (environ 39 %) du budget de l’UE à la Pac ; la configuration de la nouvelle Pac (post-2020) qui émergera du prochain processus de réforme.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde