Aller au contenu principal

Le BTS agricole, un diplôme adapté aux parcours les plus variés

Alors que la période des vœux sur Parcours Sup s’est ouverte en janvier pour les élèves de terminale, le Cneap (Conseil national pour l’enseignement agricole privé) a tenu à rappeler, au travers un webinaire dynamique, les multiples possibilités offertes par le brevet de technicien supérieur agricole, diplôme polyvalent, pourtant moins demandé.

En effet, les BTS agricoles semblent avoir du mal à faire le plein ces derniers temps. Sans doute la faute à la pandémie qui a privé les établissements des traditionnelles journées portes ouvertes, sources de nombreuses inscriptions. Mais pas que. «L’agriculture souffre d’une mauvaise image de marque, notamment à cause des scandales alimentaires ou des problématiques environnementales. On imagine aussi que c’est un parcours de formation destiné aux mauvais élèves. Sans compter la diversification de l’offre avec l’arrivée du BUT, bachelor universitaire technologique», analyse Sébastien Tavan, responsable de l’enseignement supérieur et enseignant en aquaculture à l’Iseta, Institut des sciences, de l’environnement et des territoires d’Annecy, en Haute-Savoie. 

«Le milieu agricole est méconnu, beaucoup pensent que le BTS agricole, c’est pour ceux qui veulent devenir agriculteurs», ajoute Garance Choury, élève en 2e année de BTSA au lycée Sainte-Colette à Corbie, dans la Somme. Constat partagé par Victor Dupuy, écologue, chargé de mission au Museum d’Histoire naturelle : «Issu de la région parisienne, mais passionné par la nature et particulièrement les grenouilles, j’avais commencé par un bac ES et des études de philosophie. La découverte de l’enseignement agricole, qui m’a amené en BTS gestion et protection de la nature au lycée Briacé du Landreau, en Loire-Atlantique, a changé ma vie». De son côté, Mathilda Cheneau, non issue du monde agricole et passionnée de chevaux, a découvert l’enseignement agricole grâce à Parcours Sup. «C‘est en rencontrant des professionnels du cheval que j’ai opté pour un BTSA».

 

Pour tous les parcours

Il existe une multitude de BTS agricoles. Les 180 établissements de l’enseignement agricole privé répartis sur le territoire proposent 19 BTS agricoles où 5 000 élèves suivent un cursus varié parmi plusieurs filières : forêt paysage environnement eau, élevage cheval, industries agroalimentaires transformation, agriculture productions végétales horticulture vigne et vin, vente et commerce, machinisme et agroéquipement, services aux personnes et développement des territoires, biologie et laboratoires recherche agronomie. «À l’Iseta, nous ne proposons pas moins de 11 BTS agricoles dans des domaines aussi variés que l’aquaculture, la gestion forestière ou les soins aux animaux de compagnie», confirme Sébastien Tavan.

Garance sait ce qu’elle veut faire à terme : s’installer sur la ferme familiale avec son frère, y développer un élevage laitier pour faire de la transformation «Après mon bac pro au lycée Sainte-Colette, j’ai poursuivi en BTA STA, sciences et technologies des aliments, parfaitement adapté à mon projet, avec des stages dans des exploitations ou des industries agroalimentaires.» Même détermination pour Mathilda : «Pour moi, c’est un BTS ACSE (Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole) pour savoir gérer la structure équestre que je rêve de monter».

Et toutes deux d’apprécier le format du BTS agricole : des classes plus réduites qu’à la fac, une ambiance familiale, notamment en internat, un suivi personnalisé par l’équipe enseignante et des cours partagés entre la théorie et le concret. «Pratiquer permet de vérifier si on ne s’est pas trompé d’orientation car cela peut être une vraie découverte pour certains élèves», assure Garance. «Il y a une entraide entre les élèves qui viennent de l’enseignement général et qui, parfois, maîtrisent mieux les matières comme les maths et ceux issus de l’agriculture, qui sont beaucoup plus dans le pratique. Cela créée une dynamique dans la classe», souligne Mathilda.

Victor Dupuy n’oublie ainsi pas ses années de BTS GPN, avec un effet de groupe, une équipe pédagogique soudée, et les liens très forts créés entre tous ces étudiants passionnés. «Il est vrai que nous avons la culture du suivi individualisé et que nous aidons nos étudiants à trouver des stages, à faire leur rapport, puis à rédiger leur CV pour bâtir leur projet professionnel ; c’est d’ailleurs un module dans la formation», confirme Sébastien Tavan.

 

Travailler ou continuer

Une fois leur diplôme obtenu, beaucoup d’étudiants poursuivent leur cursus. «80 % vont en licence professionnelle ou en certificat de spécialisation et nous les incitons à le faire», admet l’enseignant. De nombreuses passerelles existent, notamment vers des écoles d’ingénieurs comme l’Isara de Lyon ou UniLaSalle Beauvais. «Le BTS agricole est une bonne base pour continuer. C’est un diplôme reconnu qui permet d’aller plus loin dans ses compétences pour affiner ses choix professionnels», confirme Victor Dupuy.

Pour ceux qui voudraient entrer directement dans la vie professionnelle, les chiffres font rêver :
«L’employabilité six mois après la sortie du BTS agricole est de 93 %, que ce soit en CDI ou en
CDD. Après un master en université, elle n’est que de 69 à 81 %
», annonce Sébastien Tavan. Dans certains métiers comme technico-commercial en produits forestiers, tous les étudiants ont déjà un poste avant leur fin d’études !
C’est encore plus vrai quand les élèves suivent leur cursus en apprentissage. Leur employeur maître de stage leur propose généralement une embauche à la fin. «Néanmoins, je ne conseille pas l’apprentissage aux jeunes qui ne sont pas complètement fixés sur leur orientation professionnelle pour leur laisser une plus vaste possibilité de choix», tempère Sébastien Tavan.

Avec son succès auprès des employeurs, son panel très large de métiers, son enseignement dans des structures humaines et à l’écoute, la refonte perpétuelle des programmes pour coller aux besoins des entreprises, le BTS agricole assure un bel avenir aux jeunes qui le suivent. Ce n’est ni Victor, ni Garance ni Mathilda qui diront le contraire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde