Aller au contenu principal

Politique européenne
Le Cese français s’est penché sur le Pacte vert

En plein débat sur le projet de loi d’orientation agricole à l’Assemblée nationale et sur fond de campagne électorale pour les européennes, le Conseil économique, social et environnemental (Cese), a débattu mi-mai, sur l’avis «Quel avenir pour le Pacte vert pour l'Europe et ses citoyens ?».

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE), a débattu mi-mai, sur l’avis «Quel avenir pour le Pacte vert pour l'Europe et ses citoyens ?».
Le Conseil économique, social et environnemental (CESE), a débattu mi-mai, sur l’avis «Quel avenir pour le Pacte vert pour l'Europe et ses citoyens ?».
© D. R.

C’est par 117 voix pour, 1 contre et 1 abstention qu’a été adopté le projet d’avis du CESE présenté par Lucien Chabason et Didier Kling au nom de la commission permanente des affaires européennes et internationales. Comme le rapport le rappelle, l’objectif initial du Pacte vert (Green Deal), finalisé en 2018, est de faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre d’ici 2050. Mais depuis le discours sur l’Union d’Ursula von der Leyen en septembre 2023 qui a infléchi cette stratégie et les manifestations agricoles qui ont touché une grande majorité des pays, le Green Deal s’est trouvé fragilisé. D’après les rapporteurs, 43 % des textes initiaux ont été adoptés. Mais concrètement, aucun n’a été appliqué sur sa déclinaison agricole, le Farm to Fork, a rappelé Christiane Lambert lors du congrès de la Confédération européenne des producteurs de maïs.

Lucien Chabason et Didier Kling remarquent d’ailleurs que la Commission a proposé de «procéder à des ajustements soigneusement ciblés des règlements relatifs aux plans stratégiques relevant de la Pac afin de remédier à certaines difficultés touchant leur mise en œuvre, en écho à la crise agricole et à la déstabilisation des marchés liée à la guerre en Ukraine. C’est notamment pour cette raison que le CESE suggère de renforcer les analyses d’impact et des évaluations économiques, sociales et environnementales en amont de l’adoption des textes législatifs et d’application».

 

Entre 400  t 1 000 milliards € par an

Dans leurs conclusions, les co-rédacteurs estiment nécessaire de poursuivre le Green Deal. Ils recommandent cependant de tenir compte des préoccupations et attentes des acteurs concernés, ainsi que le contexte économique et social, avec le souci de ne pas aggraver, voire de simplifier la charge administrative et la complexité juridique. Ils estiment, à demi-mots, que les alertes des agriculteurs n’ont été entendues que tardivement. Le CESE se félicite ainsi «de la mise en œuvre par la Commission européenne d’un dialogue stratégique sur l’avenir de l’agriculture européenne, réunissant tous les acteurs concernés. Ce type de processus devra être évalué de manière approfondie et pourrait inspirer l’Union en vue des futures négociations de textes législatifs», souligne l’avis. Il n’en reste pas moins que ce Pacte vert va devoir mobiliser de nombreux investissements : entre 400 milliards et 1 000 milliards d’euros par an, à la fois publics et privés, pour atteindre les objectifs 2030 (agriculture, transports, industrie…) Or, le Cese semble s’inquiéter du manque de stratégie de la Commission dans ce domaine. Sinon pourquoi demanderait-il de «définir en urgence et collectivement une stratégie claire des financements disponibles conformément aux priorités fixées (accompagnement d’une transition juste, développement du modèle de progrès social européen)» ? Faire passer le message que l’Europe (qui représente seulement 7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre*) ne doit pas être la seule à réaliser cet effort n’aurait pas été inutile non plus.
 

* En 2022, la Chine émettait 29,16 % des GES mondiaux, les États-Unis 11,19 %, l’Inde 7,33 % (source EDGAR Community GHG Database/Commission européenne, JRC et Agence internationale de l'énergie (IEA), 2023

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde