Aller au contenu principal

Le chantier de la gestion des risques est ouvert

Après l’épisode de gel qui a durement touché de nombreux secteurs agricoles lors des deux premières semaines d’avril, le rapport du député Frédéric Descrozaille s’est inscrit, malgré lui, en pleine actualité.

FNSEA et JA saluent les propositions du rapport Descrozaille et soulignent que les agriculteurs ne pourront pas faire face seuls.
FNSEA et JA saluent les propositions du rapport Descrozaille et soulignent que les agriculteurs ne pourront pas faire face seuls.
© FDSEA 13

Avec son rapport d’une quinzaine de pages  - il en compte en réalité près de 330 pages avec les très nombreuses annexes -, le député, qui connaît bien le monde agricole pour être passé notamment par l’APCA, la CFCA, le CNJA et Interfel, part du constat que l’évolution du régime des calamités est aujourd’hui «inachevée» et que «la frontière entre ce qui est assurable et ce qui ne l’est pas est absolument décisive parce que partiellement indéterminée et, de plus, évolutive : elle doit faire l’objet d’une réflexion partagée au niveau national». Il lui semble également indispensable de donner «une cohérence et une légitimité» à un système aujourd’hui décrié et peu efficace. Critiquant assez vivement la moyenne olympique, il pose comme principes la nécessaire intervention de l’État dans le futur dispositif et le recours à la solidarité nationale.

 

L’eau, une question centrale

Fort de ces constats, il fait état de trois propositions, sciemment imprécises car elles doivent «être traitées dans le cadre d’une gouvernance qui implique les métiers de l’assurance et de la réassurance, le secteur agricole et l’État». Première de ces propositions : prévenir le risque, notamment par le conseil et la formation des agriculteurs, mais aussi par le soutien aux investissements dans les équipements de protection et prévention. Il souhaite aussi s’attaquer au chantier de l’eau, notamment parce que l’aspersion est un élément de protection des fleurs et bourgeons. C’est une question «absolument centrale», souligne-t-il. Deuxième piste du député : faire nécessairement évoluer l’assurance multirisques climatiques (MRC) dans le cadre de ce que permet le règlement européen Omnibus. Enfin, troisième proposition qui s’imbriquera avec les deux précédentes : faire intervenir l’État pour la gestion des risques «forts» c’est exceptionnel, systémiques, «non assurables ou nécessitant une réassurance publique dans les cas de phénomènes d’ampleur exceptionnelle».

 

Urgence sur le dossier

Le 22 avril, la FNSEA et JA ont salué ce rapport qui répond «à une demande forte de la profession agricole : la refonte en profondeur de l’articulation entre régime de solidarité et assurances». Les agriculteurs ne pourront «en aucun cas faire face, seuls, à l’enjeu du changement climatique», ajoutent les deux organisations qui «se félicitent de l’affirmation, par le député, de la légitimité de l’intervention de l’État et du principe de solidarité nationale». 

Intervenant lors de l’assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le 22 avril, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, avait déclaré qu’il fallait «accepter l’idée que le risque climatique ne peut plus être supporté par le monde agricole lui-même (…) Appeler à la solidarité nationale fait sens», a-t-il insisté. Pour Joël Limouzin, membre du bureau de la FNSEA en charge du dossier calamités agricoles, il y a «urgence» sur ce dossier qui s’inscrit en totale cohérence «avec l’annonce du ministre de l’Agriculture d’organiser un Varenne de l’eau». Mais chacun devra «prendre ses responsabilités, y compris professionnelles», a-t-il ajouté. Si La FNSEA et JA retrouvent la philosophie et les positions qu’ils défendent depuis des années et si «les orientations politiques vont dans le bon sens, tout reste à construire», a conclu Joël Limouzin.

 

Conséquence du gel, la production de vin pourrait chuter de 30 %

La chute de la production de vin à la suite du gel pourrait atteindre 15 millions d’hectolitres (Mhl) cette année, soit une baisse d’environ 30 %, a indiqué FranceAgriMer, dont le conseil spécialisé s’est tenu le 21 avril. Le niveau de la vendange se retrouverait à 32 Mhl, au dessous des 36,7 Mhl de 2017, année également marquée par le gel. En 2020, millésime très favorable sur le plan de la météo, la récolte avait atteint 46,7 millions d’hectolitres. D’après les premières estimations de la filière, les régions les plus touchées par le gel de début avril ont été l’ensemble Bourgogne-Beaujolais-Jura, avec des pertes pouvant atteindre 50 %, puis le Languedoc-Roussillon avec des pertes de 40 %, a rapporté Ygor Gibelind, délégué de la filière viticole. Les régions les moins touchées seraient l’Alsace et le cognaçais, avec entre 10 et 20 % de pertes. «Les dégâts du gel ont occupé les trois quarts du temps» de la réunion de ce conseil spécialisé d’avril, a-t-il précisé. Dans ce contexte, le doublement de l’enveloppe du plan de relance contre les aléas climatiques, qui passe de 70 à 140 M€, dont a fait part la DGPE (ministère de l’Agriculture) lors du conseil, sera utilisée par les viticulteurs pour s’équiper contre le gel notamment, a ajouté le délégué de filière.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde