Aller au contenu principal

Le Cnipt veut dynamiser l’export et le marché intérieur

De nouveaux défis s’amoncellent pour la filière sur le marché du frais.

Lors de dernière campagne, la hausse des prix n’a pas eu d’effet immédiat sur les achats des ménages.
Lors de dernière campagne, la hausse des prix n’a pas eu d’effet immédiat sur les achats des ménages.
© jc gutner


Le répit qu'a connu le secteur de la pomme de terre sur le marché du frais pendant la campagne 2012-2013 est passé. La récolte française, estimée à 5,2 millions de tonnes en 2013 contre 4,7 l’an dernier, trouvera moins facilement des marchés tant à l’export que sur le marché intérieur, la distribution jouant de nouveau la baisse des prix. Des défis que la nouvelle équipe du Cnipt - Comité national interprofessionnel de la pomme de terre (voir encadré), réuni en assemblée générale le 11 décembre à Paris, devra relever.
Sur l’export, «il ne faut pas rester sur nos acquis mais au contraire, veiller à maintenir nos marchés et à conquérir de nouveaux débouchés, en s’appuyant justement sur notre qualité, pas seulement sanitaire», a déclaré lors de l’assemblée générale Francisco Moya, président du Cnipt par intérim.

L’Allemagne challenger de l’exportation française
En effet, «l’Allemagne a fortement concurrencé» les exportations françaises de pommes de terre, notamment sur le marché italien et accessoirement sur le marché néerlan­dais. Ce pays «est passé devant la France en volumes d’exportation, avec près de deux millions de tonnes» pendant la campagne 2012-2013, a signalé le Cnipt.
Ce nouveau phénomène interpelle l’interprofession française pour le long terme, parce que, si les exportations françaises de pommes de terre ont été soutenues en 2012-2013 par un flux sans précédent à destination du Royaume-Uni, cela ne se reproduira probablement pas, alors que l’avancée allemande, elle, a des chances d’être rééditée. Sur le marché italien, sujet d’inquiétude des professionnels français, la France n'a couvert que 52% des besoins de la péninsule contre plus de 70% habituellement. De plus, les exportations allemandes vers les pays de l’Est se sont maintenues à de bons niveaux lors des deux dernières campagnes, avec 130 000 tonnes exportées.

Le marché intérieur plus difficile en 2013-2014
Autre front, celui du marché intérieur. «La communication, action phare du Cnipt, a du mal à mobiliser les opérateurs. J’ai bon espoir que cela s’améliore», a fait remarquer Francisco Moya. Un responsable de Fédépom, la fédération des négociants en pommes de terre, membre de l’interprofession, a fait état d’un marché difficile au niveau de la distribution, avec des prix en baisse et le retour des promotions, qui, quand elles sont permanentes, faussent la hiérarchie des prix, lézardent la construction de l’offre et portent tort à toute la filière.
Paradoxalement, «la hausse spectaculaire des prix au cours de la dernière campagne n’a pas eu d’effet immédiat sur les achats des ménages», souligne le rapport d’activité. Sur le marché français, la variété Agata a connu un bond de 52% et la bintje non lavée, catégorie 2, en 40-75 mm et en sac de 25 kilos un saut de 276% !
Un des dossiers importants à traiter pour le Cnipt sur les relations fournisseurs- distributeurs est celui du «dossier empoisonné des RRR», les rabais, remises et ristournes, que les professionnels voudraient voir interdites, comme elles le sont dans le secteur des légumes.

Patrick Trillon, nouveau président du Cnipt

Élu à l’issue de l’assemblée générale le 11 décembre, Patrick Trillon remplace Francisco Moya. Patrick Trillon est issu de la «famille» des producteurs de pommes de terre, en vertu du principe d’alternance des collèges. Francisco Moya était issu du collège des négociants. Agriculteur dans le Puy-de-Dôme, Patrick Trillon préside de l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (Unpt) depuis 2006. Autre évolution importante au Cnipt, son directeur, Jean-Luc Gosselin, partira à la retraite au milieu de l’année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde