Aller au contenu principal

Le Conseil d’Etat confirme l'interdiction du maïs transgénique MON810

La Fnsea réclame un débat moins idéologique sur les OGM.

Le Conseil d’Etat a confirmé lundi 5 mai l’arrêté du 14 avril interdisant la culture du maïs transgénique MON810. Cette décision va à l’encontre du recours déposé le 18 mars par les maïsiculteurs, notamment l’Agpm (Association générale des producteurs de maïs) et l’UFS (Union française des semenciers), qui estimaient que la «position doctrinale» du ministre de l’Agriculture à ce sujet était une entrave au «droit à l’innovation». Le juge des référés a estimé que cet arrêté «ne portait pas une atteinte grave et immédiate à la situation économique des requérants ni de la filière».
La décision a été saluée par Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, qui avaient déjà tenu à rappeler leur volonté de maintenir l’interdiction de la culture des OGM en France après l’arrachage de plants de maïs supposés transgéniques par des militants anti-OGM le 2 mai.
Suite à cette décision, l’Agpm a demandé au Conseil d’Etat de «statuer dès que possible sur le fond», considérant que l’instance n’avait «pas écarté l'existence de doutes sérieux sur la légalité de cet arrêté». La Fnsea s’est exprimée de façon plus générale sur le traitement des OGM dans la politique actuelle, refusant «l’approche binaire et clivante pour ou contre les OGM», et demandant un débat moins dogmatique, davantage axé sur la question de la recherche et de l’innovation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde