Aller au contenu principal

Le coût alimentaire : premier levier pour optimiser la marge brute laitière

Face à l’augmentation du prix des matières premières ces dernières semaines, il est inévitable de connaître son coût alimentaire et de réfléchir à l’adaptation de son système.

Les charges d’alimentation du troupeau de bovins lait représentent 70 % des charges opérationnelles. 

Maîtriser son coût alimentaire est une nécessité, d’autant plus dans le contexte actuel. Le tourteau de soja Montoir est, en effet, passé de 320 €/t à 418 €/t entre le mois d’août et le mois d’octobre. Un mois plus tard, au 23 novembre 2020, les cours restent toujours élevés : 419 €/t.

L’un des leviers pour maîtriser ce poste est de renforcer l’autonomie alimentaire. Celle-ci correspond à la capacité de l’éleveur à alimenter son troupeau toute l’année avec des aliments produits sur l’exploitation. Davantage d’autonomie alimentaire ne signifie pas forcément davantage de surfaces. Améliorez la qualité des fourrages produits d’abord ! Voici quatre façons simples d’améliorer la qualité des fourrages.

 

Voie n°1 : stop au gaspillage

Évitez de gaspiller des fourrages et des concentrés. L’objectif est d’ajuster les quantités de concentrés au plus juste, d’équilibrer les rations et de valoriser au mieux vos prairies. C’est aussi limiter les pertes au silos, tirer de meilleurs rendements et une meilleure qualité alimentaire de vos fourrages. Quelques points d’UFL ou de MAT de perdus, c’est autant de concentré à acheter pour équilibrer la ration. Pour l’herbe, vous chercherez à récolter à des stades plus précoces, afin d’améliorer le rendement et la qualité alimentaire des prairies.

 

Voie n°2 : valoriser vos prairies

Il ne s’agit pas de faire plus d’herbe mais d’abord de tirer le maximum des surfaces. Souvent décriée parce que plus complexe à conduire, l’exploitation de l’herbe est délaissée ou pas suffisamment optimisée. 

En période de pâturage, la ration retrouve des valeurs équilibrées. Cela permet de limiter l’apport de correcteur azoté et énergétique. Pour valoriser au mieux le pâturage, ajustez les surfaces aux besoins des animaux, faites parcourir régulièrement les prairies et respectez le temps de repousse pour pâturer au bon stade et éviter les refus.

 

Voie n°3 : produire son concentré énergétique

Le prix d’un concentré élève se situe aux alentours de 350 E/t. L’achat de coproduit est également possible, mais attention à sa disponibilité et sa valeur alimentaire. Il est possible de fabriquer son propre aliment fermier à partir de céréales blé ou maïs et à base de protéines soja ou colza (cf. tableau). Afin d’améliorer la concentration énergétique des rations vaches laitières, le maïs grain humide ou épis peut être une solution économique comparé à un aliment du commerce.

 

Voie n°4 : adapter le système fourrager pour faire face aux aléas climatiques

Depuis plusieurs années, les conditions climatiques limitent le potentiel de rendement des cultures fourragères et impactent les stocks fourragers. Il est donc nécessaire d’adapter son système fourrager : betteraves fourragères ; sorgho ; méteils ; espèces prairiales adaptées (luzerne, sainfoin, etc.).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde