Aller au contenu principal

Le datura, une présence toxique

La présence du datura dans les légumes destinés à la transformation industrielle peut constituer un motif de refus de livraison. Mais pas seulement.

La prophylaxie est «essentielle» à la lutte contre le datura.
La prophylaxie est «essentielle» à la lutte contre le datura.
© Wikipedia

S’il a fallu un incident impliquant des consommateurs l’ayant confondu avec une plante comestible, chez les producteurs de légumes, la présence de datura dans les parcelles est un mal que l’on connaît bien et qui se combat. Pour l’Unilet, l’interprofession des légumes en conserves et surgelés, le datura est en effet «un enjeu sanitaire majeur en cultures légumières». Plante annuelle que l’on retrouve plutôt en période estivale, elle s’adapte à de nombreux types de sols, dans presque toute la France. «Dans les zones cultivées, mais aussi sur le bord des routes, des ronds-points, les terrains vagues, les jardins...», constate ainsi Unilet. La plante montre toutefois une prédisposition pour les sols limoneux, argilo-siliceux, siliceux, acides et frais, souvent alluvionnaires. Les zones humides des parcelles lui conviennent particulièrement, avec un cycle complet se réalisant sur quatre à cinq mois.

Toxicité et risque de dispersion
La toxicité du datura lui vient d’une teneur élevée en alcaloïdes tropaniques. Or, rappelle l’interprofession des légumes en conserves et surgelés, «si ces poisons sont particulièrement concentrés dans les graines, toutes les parties de la plante sont susceptibles de contaminer les récoltes». Le risque d’intoxication concerne autant les humains que les animaux, d’où des teneurs limites en alcaloïdes tropaniques fixées à des seuils «très bas» dans l’alimentation humaine comme animale. «La vigilance est primordiale, insiste Unilet, y compris dans des zones encore peu touchées pour éviter une propagation à grande échelle. Chaque plante peut produire plusieurs milliers de graines dont la viabilité dans le sol dépasse trente ans.»

Comment lutter ?
Pour lutter efficacement contre le datura, la prophylaxie apparaît «essentielle». Ainsi, rappelle l’Unilet, «quand le datura n’est pas présent dans l’exploitation, il est important de s’entraîner à l’identifier dans les bords de champs et de supprimer les premiers individus avant qu’ils ne montent à graines». Lorsque le stock semencier est constitué, un enregistrement des zones infestées est obligatoire dans le registre sanitaire, de manière à mieux organiser la lutte et l’assolement futur. Pour espérer enlever toute présence de datura, il est recommandé d’arracher systématiquement la plante avec des gants, quelle que soit la culture ; de ne pas laisser monter à graines. Si les graines sont déjà présentes, sortir les plantes du champ et les détruire ; de surveiller les bords de parcelles, les fossés, les passages d’enrouleur... et effectuer un passage de broyeur avant maturité ; de nettoyer le matériel pour éviter de disséminer des graines d’une parcelle à l’autre ; et d’utiliser des herbicides efficaces sur datura dans toutes les cultures (produits à base de bentazone, imazamox, bromoxynil, clopyralid, flurochloridone, fluroxypyr, isoxaflutole, pethoxamide, tribénuron-méthyle...
Enfin, rappelle l’interprofession, «toutes les mesures doivent être prises, du champ à l’usine pour éviter la présence de fragments de datura dans les récoltes : désherbage manuel, broyage et évitement par les cueilleurs des zones infestées, tri optique et visuel sur les lignes, calibrage...»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde