Aller au contenu principal

Le débat sur le 5ème programme d’action en zone vulnérable ranime le ressentiment

Echo de l'assemblée cantonale de Roisel.

Les participants à l’assemblée de Roisel.
Les participants à l’assemblée de Roisel.
© AAP

Près d’une vingtaine d’agriculteurs et agricultrices ont participé à l’assemblée générale du canton de Roisel le 17 décembre sous la présidence de Pascal Patin avec la participation de Denis Delattre, secrétaire général-adjoint de la Fdsea. Un des premiers sujets abordé a concerné le projet d’extension de la zone vulnérable par l’intégration d’un certain nombre de communes le long de la vallée de l’Authie. Puis est venue en discussion, la mise en application du 5ème programme d’action en zone vulnérable que la Fdsea comme la Fnsea conteste. Un des participants a regretté la cohabitation de deux périmètres aux contraintes différentes. Pour une exploitation à cheval sur les deux zones, celles-ci sont considérées plus gênantes et suscitent un sentiment d’inégalité. «Il aurait fallu mettre tout le monde ou personne», s’est-il insurgé.
Tout en reconnaissant que la situation personnelle peut être compliquée par le choix de la collectivité, il est admis que nos voisins ont choisi la facilité en plaçant l’ensemble de leurs territoires en zone vulnérable alors que ce n’était pas forcément justifié partout. Les agriculteurs présents dans la zone non vulnérable définie dans la Somme ont apporté la preuve, dans le cas du dossier de l’Authie, de leur comportement responsable. Les résultats des analyses ont pesé lourd dans les débats au sein des différentes instances administratives qui sont allées jusqu’à refuser d’intégrer de nouvelles communes. Ce n’est pas encore décidé mais c’est en bonne voie.

Le point sur la fécule
Ensuite, c’est à Bruno Poutrain, directeur de la coopérative féculière de Vecquemont depuis le 1er juin, qu’est revenu d’aborder les questions liées à la filière fécule. Les adhérents de la coopérative n’ont plus que jusqu’au 31 décembre 2012 pour démissionner ou pour réduire leur engagement par lettre recommandée avec AR adressée au président et envoyée au siège à Amiens.
Cela étant, Bruno Poutrain a réexpliqué de quelle manière va s’établir la rémunération de la production depuis la fin de l’aide couplée à la fécule. L’industriel a besoin de pommes de terre et il est conscient du contexte agricole actuel. La courbe du prix de base telle qu’elle se profile en tient compte : après le prix minimum de 35 euros la T à 17 % de richesse au temps du contingentement, les producteurs reçoivent 45 euros la T de prix de base pour 2012 qui passera à 53 euros pour 2013. Pour 2014, la progression va continuer car l’industriel a connaissance de la mise en place de la nouvelle réforme de la Pac et il se prépare à rémunérer davantage cette production. A chacun de bien mesurer l’impact de cette culture dans le résultat économique de l’exploitation et de prendre la décision qui lui revient.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde