Aller au contenu principal

Environnement
Le Département veut un moratoire sur l’éolien

Les conseillers départementaux de la Somme ont voté mardi 27 avril à 31 voix sur 42 un vœu appelant l’État à suspendre l’installation de nouvelles éoliennes dans le département.

La Somme, premier département de France pour la production d’énergie  éolienne, veut la mise en place d’un moratoire, le temps de remettre à plat  le développement de cette source d’énergie. 
La Somme, premier département de France pour la production d’énergie éolienne, veut la mise en place d’un moratoire, le temps de remettre à plat le développement de cette source d’énergie. 
© Vincent Fermon

À l’image de la Région Hauts-de-France et de son président Xavier Bertrand qui ne manquent pas une occasion de rappeler son opposition, le Conseil départemental de la Somme se mobilise, lui aussi, contre l’implantation de nouvelles éoliennes sur son territoire. Mardi 27 avril, en marge du débat sur le compte administratif 2020, l’assemblée départementale a adopté à une large majorité – 31 voix pour, 8 contre et 3 abstentions – un vœu déposé par la majorité départementale demandant «un moratoire sur l’éolien dans la Somme». Pour son président, Stéphane Haussoulier, «il ne s’agit pas d’une opposition de principe», mais plutôt une forme de mise en garde : «Le département de la Somme a déjà beaucoup donné. On trouve ici (dans le département, ndlr) 10 % du parc éolien national. Nous pensons que d’autres départements peuvent aussi faire un effort.» 

1 000 éoliennes installées dans la Somme

Rapporté par le conseiller départemental du canton d’Ailly-sur-Noye, Pascal Bohin, le vœu présenté par la majorité départementale est d’abord l’occasion d’un état des lieux : «Avec près de 2 500 éoliennes, la région Hauts-de-France est celle qui compte le plus de parcs éoliens. La Somme, premier département de France pour la production d’énergie éolienne, compte près de 1 000 installations sur son territoire, soit le double de l’Aisne et du Pas-de-Calais, le triple de l’Oise et neuf fois plus que le Nord». Puis le vice-président en charge du développement territorial local et de la protection de l’environnement du Département poursuit la lecture avec un constat : celui d’une «saturation» du territoire samarien. «Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater la saturation de notre territoire, alors même que le rythme d’installation des éoliennes s’accélère dans notre département», regrette M. Bohin. Les projets sont validés par l’État sans même prendre en compte l’avis des élus locaux, qui s’alarment de la dégradation des paysages de leurs villages et des potentielles conséquences sanitaires. La Justice reconnaît elle-même ce phénomène de saturation : le Tribunal administratif d’Amiens a récemment annulé un permis de construire délivré par l’État pour un projet de parc éolien car les seuils d’alerte en matière d’encerclement sont déjà atteints».

 

Critique d’un développement non maîtrisé

La multiplication des recours et des collectifs d’opposants contre tout nouveau projet d’implantation de mats à vent dans le département en seraient un signe : «Nous sommes confrontés aux inquiétudes légitimes des habitants de notre département, relate Pascal Bohin. Et ce dernier de dénoncer «une marche forcée, en dehors de tout cadre cohérent» de l’installation de nouvelles éoliennes qui «menacent notre patrimoine bâti, paysager et même historique». Sur le plan environnemental, et bien que les éoliennes soient considérées comme un outil de lutte contre les sources d’énergie carbonées, les critiques fusent dans les propos du vice-président en charge du développement territorial local et de la protection de l’environnement du Département : «La multiplication des éoliennes oblige les oiseaux migrateurs à trouver de nouvelles routes et perturbe tout l’écosystème. La Somme, terre fertile par excellence, risque en outre de subir des dommages importants lors du démantèlement et du recyclage des installations, dont les conséquences n’ont pas suffisamment été anticipées et prises en compte». 

En conclusion de la présentation de ce vœu, Pascal Bohin rappelle enfin que «les menaces d’un développement non maîtrisé de l’éolien pesant sur notre territoire sont réelles» et qu’elles doivent «faire l’objet d’une prise en compte immédiate des pouvoirs publics». Le texte ayant été adopté par l’assemblée départementale, il a depuis été transmis aux différents représentants de l’État, du Premier ministre Jean Castex à Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, en passant par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili ; une samarienne pas vraiment opposée au développement de l’énergie éolienne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde