Aller au contenu principal

Le dernier JT de Jean-Pierre Pernaut, c'est ce midi

L’amiénois Jean-Pierre Pernaut présente son dernier journal télévisé de 13h sur TF1, ce vendredi 18 décembre, sans abandonner son attachement aux régions et aux terroirs puisqu’on le retrouvera très vite dans d’autres projets.

A vos écrans… mais aussi à vos mouchoirs. Le dernier journal télévisé de mi-journée, le fameux « 13 heures » de TF1 de Jean-Pierre Pernaut, c’est aujourd’hui, ce vendredi 18 décembre. Après avoir été aux commandes pendant 33 ans du journal télévisé le plus regardé d’Europe avec 6 millions de téléspectateurs, celui dont le style journalistique est reconnaissable entre mille passe la main.

Une longue histoire avec TF1

Né à Amiens (80) en 1950, Jean-Pierre Pernaut est diplômé de l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille. Il débute sa carrière à l’ORTF en 1972 avant de rejoindre TF1 en 1975. Il y présente déjà un journal télévisé… celui de 23h ! A partir de 1978, il change de grille horaire et gagne à la fois en visibilité et notoriété en coprésentant le JT de 13h avec Yves Mourousin, puis d’entre prendre les rênes seuls jusqu’en 2020.

Au fil de toutes ces années, Jean-Pierre Pernaut s’est essayé à d’autres émissions – Combien ça coûte, de 1991 à 2010, Le monde à l’envers -, mais ce que l’on retient surtout, c’est son attachement fort aux régions auxquelles il a consacré plusieurs livres.

Le « Netflix » des régions

En un peu plus de trente ans aux commandes du JT de TF1, Jean-Pierre Pernaut a inventé un style bien à lui : s’intéresser aux gens, aux régions, donner son avis… ce qui lui a parfois valu des critiques.

Quitter la lumière du JT ne signifie pas pour autant qu’il tire un trait sur toutes activités. Dès cet après-midi, il lance en effet JPP TV ; une plateforme numérique gratuite sur laquelle on peut retrouver des reportages autour du patrimoine, de l’environnement, de la culture et bien sûr de l’actualité régionale, sans oublier les coups de gueule et coups de cœur du présentateur.

Hasard de la programmation, l’un des sujets mis en avant en ce jour est un reportage consacré aux illuminations de la cathédrale d’Amiens pour les fêtes de fin d’année. Mais d’autres « pépites » et sujets qui ont fait la marque de fabrique du journal de Jean-Pierre Pernaut sont également à retrouver.

A partir du 9 janvier prochain, il présentera également sur LCI « Jean-Pierre et vous », « une émission de mi-journée qui donnera la parole à madame-tout-le-monde », comme il le confiait récemment au journal Ouest-France. Il est comme ça, Jean-Pierre Pernaut…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde