Aller au contenu principal

Le désherbage mécanique, prolongement de la protection intégrée ?

Des polyculteurs-éleveurs du groupe Dephy Picardie maritime, dans la Somme, travaillent depuis 2010 à la réduction de l’utilisation de phytos. Cette année, deux d’entre eux ont incité leur Cuma à investir dans une herse étrille. 

La herse étrille semble l’outil le plus approprié pour ce groupe d’agriculteurs : elle travaille à environ 2 cm de profondeur indépendamment des rangs de la culture et permet un désherbage sur toute la surface.
La herse étrille semble l’outil le plus approprié pour ce groupe d’agriculteurs : elle travaille à environ 2 cm de profondeur indépendamment des rangs de la culture et permet un désherbage sur toute la surface.
© D. R.

Des semis de blé tardifs pour économiser un insecticide, une densité de semis moins élevée pour faire l’impasse sur le régulateur… Et bientôt, un désherbage mécanique pour pousser plus loin la réduction de l’IFT (Indicateur de fréquence de traitements phytosanitaires). Depuis 2010, un groupe de treize polyculteurs-éleveurs de l’ouest de la Somme, intitulé groupe Dephy Picardie maritime, travaille à la protection intégrée des cultures. Pour son blé, par exemple, Jérôme Devillers, installé sur 107 ha à Woignarue, a réussi à réduire de 37 % son IFT en blé, en préservant son rendement. Le désherbage mécanique fait partie des pistes d’amélioration. 
Avec Frédéric Richard, autre adhérent du groupe, ils ont convaincu leur Cuma d’Ochancourt d’investir dans une herse étrille, qui sera principalement utilisée pour les cultures de printemps. «Nous avons organisé une journée de démonstration en mai 2018 qui nous a permis de comparer les matériels. La herse étrille, de type Treffler (cf. encadré), nous a paru intéressante pour nos exploitations car elle est simple d’utilisation et ne nécessite pas de guidage», explique l’agriculteur. La herse étrille devrait, il l’espère, faire l’impasse sur un désherbage. Pour une telle machine de 9 m, comptez entre 25 et 30 000 E d’investissement. La Cuma peut compter sur une aide conséquente de l’État dans le cadre du plan de relance que pilote FranceAgriMer, puisque l’agroéquipement entre dans les cases de l’accélération de la transition écologique.
Joseph Petit, président de la Cuma, ne fait pas partie du groupe Dephy, mais a souhaité saisir l’opportunité d’un tel investissement commun. «Je suis éleveur et, cette année, je vais avoir plusieurs parcelles de maïs fourrage voisines des habitations, qui seront donc soumises à une zone de non traitement. Plutôt que de semer une jachère dans cette bande, je vais la semer et tester le désherbage mécanique.» Comme lui, six ou sept adhérents de la Cuma, qui rassemble une petite vingtaine d’agriculteurs en tout, ont exprimé leur intention d’utiliser la herse étrille. «Sur 800 ha, elle devrait servir à désherber une centaine d’hectares de lin, de betteraves et de maïs essentiellement.» Joseph Petit y voit d’autres avantages : «nos terres sont plutôt sableuses et forment parfois une croûte de battance. L’outil pourrait nous permettre de la casser et d’aérer le sol.» L’utilisation au fil des années devrait leur permettre d’affiner la pratique.

Clés de réussite 
Christian Lesenne, de la Chambre d’agriculture de la Somme, animateur du groupe Dephy Picardie maritime, prévient : «Des précautions sont à prendre, car un mauvais désherbage mécanique peut faire pire que mieux.» Pour éviter le saisissement des parcelles, il faut revoir le système de culture dans son ensemble, pour essayer de réduire le stock de semences. Car l’allongement des rotations avec l’alternance de cultures de printemps et d’automne améliorerait l’efficacité du désherbage mécanique. «L’alternance labour/non labour et les répétitions de déchaumage en période estivale permettent d’épuiser les stocks semenciers de certaines espèces, notamment les graminées», expliquent les experts d’Ecophyto dans un document spécifique.
Pour la gestion des travaux, il est recommandé de privilégier le désherbage mécanique du blé en sortie d’hiver. «En betteraves, après deux premiers passages chimiques en post-semis, des passages de houe rotative sont à prioriser. Pour ces cultures, l’intervalle entre deux passages ne doit pas excéder huit à dix jours.»
Attention aux conditions météos : «Il faut absolument deux à trois jours de temps sec après un passage, pour éviter le repiquage des plantules, précise Christian Lesenne. Le désherbage mécanique d’automne est donc délicat. Voilà deux ans que le temps très pluvieux ne le permet pas.» En revanche, si les conditions sont trop sèches, le risque de couper les racines de la culture est plus important.

 

L’innovation chez Treffler

Pour le groupe d’agriculteurs de la Somme, le choix devrait se porter sur la herse étrille Treffler. Importée et distribuée par Stecomat, elle est dotée d’une innovation en ce qui concerne la fixation et l’articulation des dents de 8 mm. Celles-ci sont fixées une par une à l’avant de la machine avec un petit câble en acier autour d’un arbre tendeur. Celui-ci est relié à la dent par un ressort en traction. «Ce dispositif permet de charger chaque dent individuellement entre 200 et 5 000 g», assure la marque. L’œil de fixation de la dent où est placé le ressort de traction est étudié afin d’avoir la même charge sur toute la course de la dent. De fait, les dents épousent bien le relief du sol. «Il n’y a pas de risque de bourrage avec des débris puisque, au delà d’une certaine résistance, la dent recule et laisse passer les débris.». Par sa finesse de réglage – soit par un vérin hydraulique ou par commande électronique dirigé par GPS –, la machine peut intervenir dès le premier stade de développement de la culture.
La herse étrille Treffler est dotée d’une innovation en ce qui concerne la fixation et l’articulation  des dents de 8 mm.
La herse étrille Treffler est dotée d’une innovation en ce qui concerne la fixation et l’articulation des dents de 8 mm.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde