Aller au contenu principal

Le désherbeur d’Ecorobotix bientôt dans les champs

Grâce à un partenariat d’expérimentation avec le groupe coopératif sucrier Tereos, le concepteur de robots pour l’agriculture Ecorobotix est prêt à lancer la commercialisation d’une solution de désherbage localisé.

Des champs de la ferme d’expérimentation de Tereos à Chevrières (60) aux champs des agriculteurs adhérents de Tereos, «c’est pour bientôt», expliquait en ce début de semaine Jérôme Hary, agriculteur dans le Cambrésis et président de la commission betteraves du groupe coopératif sucrier. Pour David Sergent, directeur du pôle coopérateurs, voir le robot ARA du constructeur suisse Ecorobotix dans des conditions «normales» de désherbage - autrement dit en dehors d’un cadre expérimental -, est «quelque chose d’envisageable pour la campagne 2022». Le robot ARA est, en effet, un outil robotisé de désherbage de la betterave, tracté, et doté d’une rampe de six mètres de large sur laquelle sont installées des buses de traitement espacées de 4 cm.

Pulvérisation de haute précision

C’est grâce à trois caméras à très haute définition et un algorithme de reconnaissance de la betterave que le robot est capable de différencier une betterave d’une adventice, et ainsi d’y appliquer une dose de désherbant. En utilisant cette technique, la réduction de l’utilisation de désherbant peut «monter» jusqu’à 95 %. Cinq ans de collaboration entre l’équipe agronomique de Tereos et Ecorobotix ont été mises à profit. D’un modèle indépendant, se déplaçant seul dans les champs, on est ainsi passé à une version 3 d’un système robotisé capable de désherber jusqu’à 30 hectares par jour, à une vitesse de 5 km/h. Dans la cabine du tracteur qui l’emmène, un écran tactile permet de rendre son utilisation «intuitive et facile», décrit Francis Bazelaire, responsable de la ferme expérimentale de Chevrières, qui a conduit les essais en 2021. 

Lors de cette campagne, l’utilisation du robot ARA devrait permettre de faire l’économie de deux passages de désherbant chimique «en plein». À mesure que la qualité du système vidéo s’améliorera, «on peut s’attendre à un stade d’intervention plus tôt», prédit
M. Bazelaire. Aujourd’hui, le fait de ne pouvoir l’utiliser qu’à partir du stade 2-4 feuilles et sa cuve de 170 litres en font bien un outil de désherbage alternatif.

Moins d’intrants  pour désherber

Quant au prix de l’équipement, il est encore tenu secret. Pour Ecorobotix, l’heure est en effet à trouver des distributeurs pour en assurer la commercialisation. Avec Tereos sur les rangs ? «Le rôle d’une coopérative comme la nôtre est d’être un moteur de développement au service de nos adhérents, pas forcément de commercialiser des outils», explique Jérôme Hary. «Il faut avoir un certain nombre d’hectares à travailler pour que ce soit intéressant, mais on peut tout à fait penser que ce genre de robot intéresse des entrepreneurs, des Cuma…» Mais l’agriculteur qu’il est, déjà adepte du désherbage localisé, est en tous cas enthousiaste : «Les démonstrations auxquelles j’ai pu assister m’ont impressionné. Il y a beaucoup de choses expérimentées en agriculture, mais avec cette solution, on est dans le concret (…) La question du désherbage est de toute façon primordiale dans la recherche et de productivité et de compétitivité, dans un contexte où on nous demande d’utiliser de moins en moins d’intrants.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde