Aller au contenu principal

Le développement d’InnovaFeed capte de nombreuses attentions

Le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique, Cédric O s’est offert une visite de l’usine d’élevage et de transformation d’insectes InnovaFeed à Nesle, lors d’un déplacement de deux jours dans les Hauts-de-France, sur la manière dont le numérique impacte le quotidien des Français.

En visite dans les Hauts-de-France, le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique, Cédric O a ajouté son nom  à la liste des personnalités venues visiter – et apporter leur soutien –, au développement d’InnovaFeed, à Nesle,  fin de semaine dernière.
En visite dans les Hauts-de-France, le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique, Cédric O a ajouté son nom à la liste des personnalités venues visiter – et apporter leur soutien –, au développement d’InnovaFeed, à Nesle, fin de semaine dernière.
© Vincent Fermon

Vendredi dernier, entouré d’une délégation d’élus locaux et des services de l’État, le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique, Cédric O, a ajouté son nom à la liste des personnalités venues visiter – et apporter leur soutien –, au développement d’InnovaFeed, à Nesle. Avec ses quelque 3 000 capteurs répartis sur le site, une activité encore jeune et innovante, et son leadership reconnu à travers le monde, InnovaFeed a sans mal capté l’attention du représentant du gouvernement. Ce dernier y a salué les investissements de la start-up et le développement «d’une nouvelle forme d’industrie qui vient remplacer des activités industrielles historiques disparues». Pour Cédric O, l’activité d’InnovaFeed est qualifiée volontiers «d’avenir» à plusieurs titres : «Nous avons ici le type d’installations qui répond à des impératifs environnementaux avec une industrie qui cherche à être plus durable et alimentaires avec une recherche sur la manière de produire autrement des protéines», a-t-il déclaré. 

 

Des investissements sans limites

Co-fondateur de l’entreprise, Clément Ray est revenu ensuite sur les ambitions d’InnovaFeed et souligné un développement «facile» : «Tout ce que l’on produit est acheté. Nous n’avons pas de limites dans les débouchés, ni dans le financement avec des partenaires qui nous suivent.» Le site samarien réalise un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros. L’an dernier, InnovaFeed a levé quelque 200 millions d’euros, bénéficiant également d’un soutien de France relance. Parmi les projets à plus ou moins long terme, InnovaFeed cite l’extension de son site de Nesle, des implantations ailleurs dans la région des Hauts-de-France, et des créations de sites industriels ailleurs dans le monde, dont une en Belgique (Gand) et aux États-Unis. Pour cela, le responsable d’InnovaFeed rappelle l’importance du partenariat : avec Cargill pour son projet outre-quiévrain ou ADM pour son implantation outre-Atlantique. À Nesle, l’entreprise profite d’une hyper proximité avec les entreprises Tereos (amidon) et Kogeban (biomasse). Quand la première lui fournit des déchets pour l’alimentation de ses mouches, l’autre lui permet d’utiliser son énergie fatale pour le chauffage de ses serres d’élevage. 

 

Vers l’alimentation humaine ? 

Sur les 100 000 tonnes de nutriments fabriqués à partir de matière première vivante – des larves de mouches élevées sous atmosphère contrôlée avec une température de 27° et une humidité de 78 % –, 15 000 tonnes sont des protéines destinées à l’alimentation animale sous forme de granulés. Le reste des produits se décline sous forme de frass (engrais), de poudre de larves et d’huile riche en acides gras. Si InnovaFeed explique travailler «aussi» sur une formulation destinée à l’alimentation humaine, «il y a encore du travail à faire…» Notamment pour convaincre de potentiels consommateurs. Mais Clément Ray y croit. Face à un Laurent Somon qui trouve le produit «amer» après l’avoir goûté, le co-fondateur d’InnovaFeed rétorque avec malice : «Le café, c’est amer aussi, et tout le monde aime cela.» Ou presque. 

 

Cédric O : «La protéine est un sujet majeur» 

Entre fabrication de compléments protéiques à base d’insectes pour l’alimentation animale et production de viande de synthèse, Cédric O ne veut pas avoir à choisir : «Ce n’est pas à moi de décider s’il faut développer plus l’un que l’autre», répond le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. Ne pas choisir lui est d’autant plus facile qu’il est convaincu «qu’une technologie ne l’emportera pas sur l’autre, étant donné que le sujet de la protéine, qu’elle soit végétale ou animale» est un «sujet majeur», avec une demande mondiale qui n’est pas près de s’amoindrir. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde