Aller au contenu principal

Le festival de l’oiseau invite à un voyage inédit avec Objectif Baie

Pas de sorties nature ni d’ateliers participatifs cette année, pour la trentième édition du Festival de l’oiseau et de la nature, faute de Covid. Du 24 avril au 30 mai, il s’agira d’une édition numérique et d’expos photos en extérieur, dont Objectif Baie, d’Alexandre Hébert. 

Les voyages ont incité Alexandre Hébert à sortir l’objectif. «Mon père faisait beaucoup de photos et, enfant, je manipulais souvent son appareil. Mais la passion est venue vers vingt ans. J’ai eu envie d’immortaliser les paysages que je découvrais», confie-t-il. Le Picard d’origine - aussi connu sous le pseudonyme «Alex» dans les pages du Courrier Picard, dans lequel ses dessins de presse sont publiés - n’a en fait pas besoin d’aller au bout du monde pour satisfaire son envie de photographier. «En Baie de Somme, dans un rayon de 30 km, on a sans cesse l’impression d’être ailleurs. Le Crotoy offre une ambiance complètement différente de celle du Hourdel ou d’Ault.» Le photographe adore particulièrement le sentier du littoral à Saint-Quentin-en-Tourmont. «Chaque jour, et même chaque heure de la journée, offre son spectacle, selon la lumière, le vent, les marées…»
Pour capturer ces instants, il a fallu acquérir quelques notions techniques. «La photo est un judicieux équilibre entre la lumière, la vitesse et la profondeur du champ.» Mais l’amateur mise sur l’expérimentation. «C’est comme pour le dessin, on apprend en faisant. La régularité et la volonté payent. Ce qui est génial, c’est qu’il n’y a pas un code à suivre absolument. Il faut laisser libre court à son intuition.» De cette intuition est née des photos coups de cœur, qu’Alexandre Hébert expose pour la première fois dans Objectif Baie, dans le cadre du festival de l’Oiseau et de la nature, au quai Jeanne d’Arc de Saint-Valery-sur-Somme, du 24 avril au 30 mai.

Des ambiances particulières
Parmi elles, une surprenante photo de mouflons dans le givre en font partie. «C’était un matin de janvier. Un des rares depuis quelques années où la baie est recouverte de blanc. Tout était réuni : les mouflons étaient présents en nombre et la lumière était incroyable.» Pour chaque prise, c’est l’ambiance générale qui intéresse Alexandre Hébert. On ressent ce besoin de contexte dans la photo du hibou des marais. «Il est assez rare d’observer cette espèce migratrice qui vient hiberner depuis les pays nordiques. L’oiseau était là, posé à même le sol, devant des galets. Son regard jaune mystique créait une atmosphère fantastique.»
Son «sujet fétiche» reste le blockhaus du Hourdel. «Évidemment, je ne peux pas nier son histoire tragique liée à la guerre. Mais pour les gens de ma génération, il fait désormais partie du décor.» Un décor tout droit sorti d’un film de science fiction. «Depuis qu’il est tombé sur le côté, on dirait un vaisseau Star Wars posé sur le littoral picard», s’émerveille-t-il à chaque fois. Chaque jour, l’interprétation peut être différente. «Lorsque la marée remonte et que l’eau s’engouffre dedans, on dirait un rorqual qui souffle son air.» En 2021, le photographe a enfin pu saisir un cliché de ce blockhaus enveloppé dans un manteau blanc, grâce à une improbable averse de neige.
Ne reste qu’à cocher la case «achats, établissements culturels ou lieux de culte» sur l’attestation de déplacement dérogatoire pour se délecter de ces photos grand format. 

Envie d’en savoir plus sur cette exposition ? Le 27 avril, Alexandre Hébert est l’invité d’un des lives du festival, chaque jour à 19 h.
Les liens sont à retrouver sur www.festival-oiseau-nature.com.

 

Notre sélection coup de cœur

Des animations, des expositions, des lives… En neuf jours, malgré les restrictions sanitaires, le Festival de l’oiseau et de la nature propose un programme bien fourni. Voici quelques coups de cœur que nous avons sélectionné pour vous :
Expo Mon plus beau coin nature des Hauts-de-France, Boulevard du Général Sizaire, Cayeux-sur-Mer
L’incroyable Baie de Somme, les collines préardennaises de l’Avesnois, les reliefs façonnés des terrils du bassin minier, les zones humides nées de la tourbe en Audomarois… Découvrez la région vue par ses habitants, avec une sélection des plus belles photos reçues au cours des cinq dernières éditions du concours «Mon plus beau coin nature des Hauts-de-France», exposées en grand format en extérieur, toute la durée du festival.
Film La belle et les abeilles
Trente-cinq films sont en compétition cette année, tous à visionner gratuitement dès le 24 avril. Dans la catégorie Amateur, la bande annonce de La belle et les abeilles nous a donné envie d’en voir plus. On y découvre des abeilles butiner de si près qu’on a l’impression d’être l’une d’elles. 
Live Martin couleurs le 26 avril, à 19 h
Connaissez-vous le Martin couleurs, autrement appelé Martin-pêcheur d’Europe ? Voilà une dizaine d’années que Marc Costermans, photographe naturaliste belge, se passionne pour la petite boule de plumes azur. Il livre ses secrets dans un live exclusif sur le site du festival. 
Retrouvez toute la programmation sur le site www.festival-oiseau-nature.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde