Aller au contenu principal

Le festival Haute Fréquence est de retour : ouvrez les oreilles

Une programmation éclectique, avec de la pop, de l’électro, du rock, de la chanson française, des musiques du monde, ou encore du rap, dans les petites et grandes salles de la région, est au menu de cette troisième édition du festival Haute Fréquence, du 9 au 24 novembre.

De la musique pour tous les goûts, et accessible au plus grand nombre, particulièrement aux jeunes, puisque les tarifs des soirées n’excèdent pas 10 €. Telle est la volonté de la Région Haut-de-France, à l’initiative du festival Haute Fréquence, qui a lieu du 9 au 24 novembre. Quarante concerts, réunissant près de quatre-vingt dix artistes sont organisés dans la région.
Parmi les artistes à découvrir, Calyspo Rose se produira au théâtre municipal d’Abbeville (80), le 15 novembre. Après une vie de galère dans son pays d’origine, Trinidad-et-Tobago, la chanteuse, est devenue une star internationale. Son art est ainsi : musique douce, mélodie entraînante, mais paroles dures, qui racontent un quotidien pas vraiment rose.
La diva interprétera certainement des chansons de son nouvel album «So Calypso !», dans lequel elle revient sur les références qui ont bercé sa carrière musicale et sa vie : Nat King Cole, Aretha Franklin, The Melodians, Angélique Kidjo… Bref, le mariage de la musique noire et du combat social.

Cali, Chapelier Fou et Hollysiz... entre autres
Les Nordistes pourront profiter, entre autres, de la venue de Cali, le 24 novembre, à l’Espace Flandre, à Hazebrouck (59). Qui n’a jamais eu «Elle m’a dit», une de ses chansons phares, dans la tête ? Il y aura aussi un air de Léo Ferré dans la salle, puisque le chanteur a sorti l’album «Cali chante Léo Ferré» cette année.
Un peu plus tôt, à Oignies (62), le 9 novembre, Chapelier Fou dévoilera son univers, «fort et captivant, qui superpose atmosphères et sentiments, phrasés organiques et rythmiques synthétiques», assurent les organisateurs. L’artiste, Louis Warynski de son vrai nom, est violoniste de formation, diplômé de musicologie et passionné d’informatique. Il se nourrit de son parcours pour composer une musique électronique «hors-norme».
D’un tout autre genre, car très rock, le son de MNNQNS résonnera le 22 novembre, au théâtre du Familistère de Guise (02). C’est «le groupe français qui donne envie d’écouter du rock en 2018», a même écrit le magazine Les Inrockuptibles. Les quatre membres du groupe viennent de Rouen, sont signés en Angleterre et ont remporté le dernier Prix Ricard S.A Live Music. Rien que ça !
Un dernier nom donné au hasard, qui donnera envie de profiter de ce festival régional : celui d’Hollysiz. La chanteuse star, sœur de Vincent Cassel, sera le 17 novembre à La Manekine, à Pont-Sainte-Maxence (60). Après le succès de son premier album «My Name is» et de nombreux allers-retours entre La Havane, Paris, New-York et le sud-ouest de la France, HollySiz est enfin de retour avec un nouvel album, «Rather Than Talking».
«Curieuse et avide, elle a pu s’ouvrir à de nouvelles influences, puisant dans ses voyages des sons, des ambiances entre rock, électro, codes pop, effluves sixties et parfums soul, annoncent les organisateurs. Plutôt que de grands discours, HollySiz nous invite à exulter avec elle.»

Groupes régionaux à l’honneur
Avant chaque tête d’affiche, un groupe régional est programmé en première partie. Une soirée est d’ailleurs dédiée à ces artistes locaux le 15 novembre, à Saint-Quentin.
La Région propose aussi, en parallèle, des actions de médiations culturelles à destination de lycéens d’une dizaine d’établissements partenaires à travers le territoire. Les élèves de Boulogne-sur-Mer, Albert, Chambly, Lille, Hénin-Beaumont et Abbeville bénéficieront ainsi d’actions autour du Graff, d’ateliers photos de concert, d’une initiation à la radio, ou encore à l’écriture journalistique.
Des conférences sur les musiques actuelles sont aussi prévues dans des lycées éloignés des salles programmées dans le cadre du festival.

Infos pratiques

Toute la programmation est à retrouver sur www.haute-frequence.fr
Tarifs : réduit : 5 € (moins de vingt-cinq ans, étudiants, demandeurs d’emploi, titulaires du RSA et groupes de plus de dix personnes) ; plein : 10 €.
La soirée dédiée à la scène régionale, à Saint-Quentin, le 15 novembre, est gratuite. Au programme : Science Against Spheric Silence (62), The Deans (02), The Kinds (80), Two Trains Left (60) et Okay Monday (59).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde