Aller au contenu principal

Chasse
Le forcing d’ONG pour un dimanche sans chasse

Alors que le gouvernement doit annoncer une série de mesures pour «sécuriser» la pratique de la chasse, plusieurs associations environnementalistes demandent l’instauration d’une journée sans chasse. 

Interdire la pratique de la chasse le dimanche reviendrait à remettre en cause le caractère populaire de ce loisir.
Interdire la pratique de la chasse le dimanche reviendrait à remettre en cause le caractère populaire de ce loisir.
© V. F.

Les chasseurs de France pourront-ils continuer à chasser le dimanche ? Selon toute vraisemblance, il semblerait que «oui», malgré la demande pressante d’associations environnementalistes de mettre en place une mesure visant à l’interdire. Selon nos informations, l’instauration d’un dimanche sans chasse, qu’il s’agisse de la totalité de la journée ou juste l’après-midi, ne ferait en effet pas partie des mesures retenues par le gouvernement pour la sécurisation de la chasse qui devraient être annoncées le lundi 9 janvier. Pour la Ligue de protection des oiseaux (LPO), si cette information était confirmée, «cela signifierait un grand renoncement de l’exécutif», a-t-elle indiqué dans un communiqué daté du 3 janvier. Et de souligner que «l’Angleterre, les Pays-Bas, la Suisse, l’Espagne, l’Italie ou encore le Portugal ont instauré un ou plusieurs jours sans chasse».

 

10 % «pas favorables du tout»

Lundi 3 janvier, sept associations de protection de la nature dont la LPO, France Nature Environnement (FNE) ou encore l’Aspas ont dévoilé les résultats d’un sondage Ifop intitulé «Les Français et la chasse» autour de deux grandes questions : «Vous sentez-vous en sécurité lorsque vous vous promenez dans la nature en période de chasse ?» et «Seriez-vous favorable ou pas favorable à ce que le dimanche devienne un jour non chassé ?» 

Commandé par des ONG dont les postures anti-chasse sont anciennes, ce sondage a été réalisé en décembre 2022 «sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes». D’une manière générale, on y apprend que «70 %
des Français
» ne se sentiraient pas en sécurité en période de chasse. Pour les associations de défense de l’environnement et des animaux, c’est plus qu’en 2009 (54 %) et qu’en 2016 (61 %), ce qui traduirait qu'«un sentiment d’insécurité par rapport à la chasse progresse nettement». Toujours selon ces mêmes détracteurs, «ce sont les habitants des campagnes les plus inquiets». Quant à la proposition d’imposer le dimanche comme jour «non chassé», «78 % des Français» y seraient favorables, dont 50 % «tout à fait favorables». Dans les 22 % réticents à ce que le dimanche soit un jour sans chasse, seuls 10 % n’y sont «pas favorables du tout».

 

Un effet «boule de neige» redouté

Du côté des chasseurs, la simple idée que le dimanche devienne un jour non chassé ne passe pas, avec comme premier argument le fait que «55 % des chasseurs sont des actifs». Autrement dit, pour une majorité d’entre eux, le dimanche est bien souvent le seul jour de la semaine à consacrer à leur loisir. En ce qui concerne l’accidentologie, les données du réseau national «sécurité à la chasse» tendent à montrer que le dimanche n’est pas le jour où se produisent le plus grand nombre d’accidents. Enfin, on rappelle que le dimanche sans chasse est déjà la règle dans les forêts publiques gérées par l’ONF. Dans son rapport publié en septembre 2022, la mission sénatoriale sur la sécurisation de la chasse s’est prononcée en défaveur de l’interdiction de la chasse le dimanche. Ce qui l’a motivée dans ce sens ?
Que la plupart des associations de sports de nature ne soient pas «pour» un dimanche sans chasse. Pourtant, «la mission s'attendait à ce que la demande de jours sans chasse soit largement soutenue par les associations de sports de nature», écrivent ses rapporteurs, Maryse Carrère et Patrick Chaize. Or, «leur audition a montré que, très majoritairement, elles ne soutenaient pas la mise en place d'un jour sans chasse», poursuivent-ils. Et de détailler ensuite les motivations de ces associations : «Elles craignent que, après l'interdiction de la chasse, d'autres pratiques soient interdites certains jours dans la nature : VTT, équitation, alpinisme... pour limiter le dérangement de la faune. Elles craignent également que l'interdiction de la chasse certains jours ne soit un premier pas vers la mise sous cloche de zones du territoire où l'homme ne pourrait plus se rendre que dans certaines conditions ou dans certaines limites.» La chasse d’abord, le reste ensuite. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde