Aller au contenu principal

Le meilleur burger de France réjouit les Compiègnois

À 30 ans, pour sa sixième participation et finaliste depuis 2021, Matthias Carré, installé au Red Bear N' Burger à Compiègne, vient de remporter la coupe de France du burger by Socopa, avec son Paint it Black. Une consécration pour ce compétiteur passionné de cuisine. 

Amateurs picards de burgers, vous avez de la chance : le champion de France du burger est installé à Compiègne et vous reçoit déjà dans son restaurant Red Bear N'Burger, en plein centre ville. «Les clients pourront déguster le burger gagnant, le Paint it Black sur réservation et en quantité limitée. D’abord, parce que ses saveurs plairont forcément et qu’il coûte plus cher car il est très élaboré. Mais ma carte d’environ six burgers différents par saison restera la même», concède Matthias Carré, encore sur son nuage après cette victoire et déjà très sollicité par la presse.

 

Fil conducteur

Son burger créé pour la compétition 2023, dont le thème était Rock n’burger, l’a particulièrement inspiré. «J’ai déroulé mon fil conducteur à partir du groupe de rock Les Rolling Stones et leur tube Paint it black. D’abord, le buns (le pain) coloré de façon aléatoire en orange et noir, chacun est unique. Ensuite, en reprenant la langue tirée, logo des Stones, j’ai voulu intégrer une tranche de langue de bœuf pour remplacer le traditionnel bacon.» Clairement un risque pour la compétition car cet abat peut être un véritable repoussoir pour certains. Tranchée fin, elle est séchée au four pendant 7 heures (ce qui pèse fortement sur son coût de production) après une marinade qui lui confère une texture rigide comme un bacon grillé. «J’ai éalisé beaucoup d’essais avant de parvenir à ce que je voulais obtenir», confie le jeune chef. Il a ensuite repris les codes de la langue de bœuf sauce piquante dans son burger : sauce tomate revisitée en sauce tonkatsu, une sauce japonaise à base de tomates et de saké, cornichons remplacés par une sauce relish, américaine à base de concombre, poivron et piment. 

Le cheddar crémeux au charbon végétal agrémente la viande de qualité choisie par Matthias Car-ré pour tous ses burgers : «que de la viande française, de race allaitante, charolaise, aubrac ou limousine, parfois wagyu, achetée chez un éleveur de la Sarthe». Enfin, la salade est remplaçée par les herbes fraîches que l’on retrouve dans la langue sauce piquante, cerfeuil, estragon et ail noir. Le burger est servi avec une mayonnaise à base de Savora (pour la richesse de ses épices). Cette combinaison élaborée et mûrement réfléchie a séduit le jury composé de responsables qualité Socopa, d’anciens gagnants de la coupe de France de burger, de la fromagère championne du monde, Virginie Dubois-Dhorne, et d’un ancien de Top chef, Arnaud Baptiste.

 

Compétition

Originaire de l’Oise où il a toujours vécu, Matthias Carré est un compétiteur né. D’abord en sport, puis dans le milieu professionnel qu’il a choisi depuis l’âge de
quinze ans avec un CAP de cuisinier en apprentissage. Son diplôme en poche, il rentre tout de suite dans le monde du travail, d’abord au Marronnier, à Verneuil-en-Halatte, disparu depuis, puis au château de Montvillargenne, à Gouvieux. «J’y ai appris une cuisine de banquets, séminaires, mariages, mais aussi la cuisine gastronomique. Puis, j’ai eu envie de me mettre à mon compte, avec un food-truck où je préparais déjà des burgers, avant d’investir ce restaurant à Compiègne», détaille le jeune cuisinier.

En 2016, à la création de la coupe de France de burger by Socopa, il suit d’abord la compétition avant de s’y inscrire en 2018 et d’y participer tous les ans. Depuis 2021, il fait partie des 25 finalistes qui «montent» à Paris défendre leur recette. «Je savais que je pouvais gagner et 2023 aura été la bonne année», se réjouit-il. 

Depuis les résultats promulgués en soirée le 12 avril, date de la finale, le téléphone sonne sans cesse et Matthias répond avec beaucoup de gentillesse et de professionnalisme aux sollicitations. Cette coupe de France va augmenter l’affluence du restaurant, déjà bien rempli. «Je suis d’ailleurs à la recherche d’un cuisinier pour travailler avec moi et avec la personne qui assure le service les cinq jours d’ouverture du restaurant.»

Mais Matthias veut continuer à perfectionner son art du burger. Il mêle à sa carte toutes les in-fluences qui le séduisent : cuisine mexicaine, japonaise notamment. Chez lui, on peut se partager en entrée des tacos ou des nems, avant de choisir un burger à la carte, vendu entre 16 et 18 €. «Je travaille des fruits et légumes de saison, je m’approvisionne au maximum en local, même pour les boissons, bières et jus de fruits. Et puis, je peux compléter mes ingrédients au marché de Compiègne qui se tient au bout de ma rue, deux fois par semaine.» Il confectionne habituellement lui-même ses buns, mais en attendant une nouvelle embauche en cuisine, il se fournit à la Maison du buns, près de Nîmes. 

Comme tout le reste, les desserts sont faits maison, simples ou plus élaborés selon l’inspiration du moment : coupe glacée Sneakers, panna cotta à l’hibiscus, brownie à la fleur de sel...

Et demain ? «Ce titre me reste acquis, c’est une consécration pour moi. Je vais gérer cette nouvelle célébrité et continuer à régaler mes clients», assure-t-il. 

Mais il ne s’interdit rien et rêve déjà à d’autres challenges. «J’aimerais participer à Top chef et puis, demain, peut-être que je me lancerai dans un autre type de restauration, par exemple une cuisine plus moderne, gastronomique.» Au-delà du burger, sûr que Matthias Carré se fera un nom.

Testez les burgers des autres finalistes

Si votre passion pour le burger vous fait voyager, vous saurez apprécier ceux des classés du concours 2023 :
- n° 2 : le Psychedelic Rock Burger de Nicolas Leroux, gagnant de la finale Sud-Ouest, responsable R&D Jules & John, à Agen (47)
-  n° 3 : le Diner Burger de Grégoire Serre, gagnant de la finale Sud-Est, chef gérant Une faim de loup, à Étoile-sur-Rhône (26)
- et aussi Annabelle Delahaye, gagnante de la finale Ouest, cheffe de cuisine Le bistrot du golf, à Saint-Jacques-de-la-Lande (35)
- Cédric Albaret, gagnant de la finale Île-de-France, chef de cuisine Annette's diner, à Chessy (77).
Pour les amateurs moins aventureux, tentez de goûter les burgers des autres finalistes du Nord-Est :
- Clément Aubry avec le Highway to Hell, food truck à Clairefontaine, dans l'Aisne
- Kevin Muin avec le T.C.B. (Take Care of Burger), restaurant Foodies, à Dijon (23).

Où le dévorer ?

Red Bear N' Burger
28 bis rue d'Austerlitz, à Compiègne
Tél. 06 59 90 70 21
lebonlebrutetleburger@gmail.com
Fermé dimanche et lundi
Du mardi au samedi : ouvert de 12 à 14 h et de 19 à 21 h30. 
Sur place, à emporter, réservation en ligne.
Facebook Red Bear N' Burger
Note : 4,9/5 avec 460 avis déposés.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde