Aller au contenu principal

Le GDS met en garde contre la besnoitiose bovine

Initialement cantonnée au sud de la France, la maladie remonte lentement vers le Nord.

Kystes typiques dans le blanc de l’œil.
Kystes typiques dans le blanc de l’œil.
© GDS



Initialement cantonnée au sud de la France, la maladie remonte lentement vers le Nord. Des cas ont été signalés l’an dernier en Lorraine, Champagne et jusque dans l’Aisne voisine. Causée par un parasite microscopique de la grande famille des coccidies, elle est transmise d’un bovin à l’autre par la piqûre d’un insecte, taon ou stomoxe. Le parasite s’installe sous la peau, un peu partout sur l’animal, provocant des symptômes qui évoluent dans le temps en trois phases.
La première est la phase fébrile (trois à dix jours), qui se traduit chez l’animal par un abattement, de la fièvre (40-41°C), du larmoiement, un écoulement nasal clair, une peau chaude et douloureuse. La deuxième est la phase d’œdèmes, à la tête, aux membres, aux testicules (une à deux semaines), et avec un déplacement difficile de l’animal. La troisième est la phase de dépilation et d’épaississement de la peau (six semaines après, avec une évolution lente vers une maigreur cachectique).
La maladie se diffuse lentement au gré des piqûres. Tous les bovins du lot ne présentent pas forcément de signes. Un traitement aux sulfamides peut enrayer l’infestation s’il est précoce, mais souvent, le diagnostic est trop tardif. De plus, les anticorps n’apparaissent pas avant deux à trois semaines, ce qui complique les choses. Toutefois, un signe assez précoce et constant est la présence de microkystes sur le blanc de l’œil. Les cas sont prépondérants en été.
Attention, la besnoitiose peut être confondue, au début, avec une photosensibilisation (coup de soleil), la fièvre catarrhale (probabilité haute de voir des cas de sérotype 8 en fin d’été dans la région) ou encore l’ehrlichiose (maladie bactérienne transmise par les tiques). En cas de doute, il ne faut pas hésiter à consulter le vétérinaire et à prévenir le GDS. A savoir que ce n’est pas une maladie réglementée, ni à déclaration obligatoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde