Aller au contenu principal

Le Gipt alerte à la baisse des surfaces de pommes de terre féculières

Les emblavement de pommes de terre féculières descendraient à moins de 20 000 ha en 2014.

La pomme de terre de fécule, une culture de diversification dans l’assolement, risque de décliner, conséquence du découplage des aides. Le Gipt (Groupement national interprofessionnel pour la valorisation de la pomme de terre) a signalé, lors de son assemblée générale le 17 décembre, que les emblavements pour 2014 descendraient à 17 400 hectares, contre 20 300 en 2013.
Les aides à la pomme de terre de fécule qui s'élevaient à 35 millions d’euros avant le début du découplage en 2006, sont passées à 21 millions d’euros après 2006, puis ont disparu sous leur forme couplée en 2011. Les surfaces se sont maintenues pendant deux ans car les producteurs coopérateurs sont dans l’ensemble restés dans le cadre de leurs engagements, mais la tendance commence à s’infléchir. 17 000 hectares pour la pomme de terre féculière «c'est peut-être un seuil critique», a rappelé Marie-Laure Empinet, porte-parole du grou­pe Roquet­te.
Si le repli des surfaces se poursuit, «le risque de ne pas disposer d’un approvisionnement suffisant pour les deux usines françaises viendrait stopper net l’ensemble des investissements déjà réalisés pour développer de nouveaux débouchés à plus forte valeur ajoutée pour la fécule : applications en industries alimentaires et en chimie du végétal», a cité Pascal Foy, le président du Gipt. Ce serait, a-t-il estimé, à la fois une perte de débouché pour l’agriculture et une perte pour l’industrie.

La fécule pour l’alimentation humaine
Espérant peu de soutien du côté des pouvoirs publics via les aides couplées, les industriels cherchent des axes de valorisation de la fécule dans les filières alimentaires. La fécule a, par exemple, des propriétés particulières de viscosité et de pureté pour la fabrication des nouilles asiatiques, que n’a pas son concurrent l’amidon de blé et de maïs.
Le débouché alimentaire est plus rémunérateur que celui de la papeterie-cartonnerie. Déjà, 67% de la fécule native sont destinés aux industries agroalimentaires et 30% à la papeterie-cartonnerie. Le rapport était in­ver­sé il y a cinq ans, a rappelé le Gipt.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde