Aller au contenu principal

Le gouvernement débloque 270 M€ d’aides d’urgence pour le porc

Julien Denormandie a annoncé 270 M€ d’aides à la trésorerie pour soutenir les éleveurs de porcs, pris en étau entre hausse des charges et prix en berne. Un soutien doublé d’un coup de pression sur l’aval de la filière. 

Entre la flambée de l’alimentation et un prix morose, la filière porcine «fait face au plus fort ciseau de prix jamais subi depuis trente ans».
Entre la flambée de l’alimentation et un prix morose, la filière porcine «fait face au plus fort ciseau de prix jamais subi depuis trente ans».
© A. P.

Alors que les éleveurs de porcs sont en proie à une crise «inédite», le gouvernement a débloqué 270 M€ d’aides d’urgence, a annoncé le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie le 31 janvier, à l’issue d’une réunion avec la filière. Entre la flambée de l’alimentation animale et un prix morose, la filière porcine «fait face au plus fort ciseau de prix jamais subi depuis trente ans», selon un communiqué de la Rue de Varenne. Le «plan de sauvegarde de la filière porcine» comprend trois volets. Une enveloppe de 75 M€ d’aides à la trésorerie fera l’objet de premiers versements d’ici «deux à trois semaines», d’après le ministre. Pour plus de réactivité, ces aides seront à demander auprès des préfectures – et non auprès de FranceAgriMer –, à l’instar de celles qui avaient été accordées après l’épisode de gel du printemps 2021. Leur montant maximal sera de 15 000 € par exploitation «avec transparence pour les Gaec», a précisé M. Denormandie. 

 

Recours aux PGE 

Pourront prétendre à ce «chèque ciseau de prix porcin» les élevages dont la ligne de trésorerie à court terme est «utilisée au moins à 80 %» et qui ont «engagé une démarche de PGE (prêts garantis par l’État, ndlr), qu’elle ait abouti ou non». Cet outil créé en réponse à la crise sanitaire peut être «intéressant pour passer le cap», explique-t-on à la FNP (éleveurs de porcs, FNSEA). L’association spécialisée précise que ces emprunts sont garantis «à 90 % par l’État» et que leur montant est «plafonné à 25 % du chiffre d’affaires de 2019». Par ailleurs, leur remboursement peut faire l’objet d’un «différé d’un à 0 %». «Au début, on sentait une petite frilosité de certaines banques, mais c’est en train de changer», souffle-t-on à la FNP. D’où l’utilisation du critère PGE pour demander l’aide de crise, qui permettra de «voir qui joue le jeu», espère le ministre. 

La deuxième enveloppe comprend 175 M€ d’aides à la trésorerie en lien avec la crise sanitaire ; elle commencera à être versée «courant avril, début mai», après notification à Bruxelles. D’ici le 15 février, le ministère et la filière en définiront les critères d’accès, avec l’objectif que ce dispositif serve aussi à «mettre de la pression dans le tube face à ceux qui ne jouent pas le jeu de la loi Egalim 2», d’après M. Denormandie. Le communiqué du ministère précise que cette «aide de structuration» sera «adossée à un engagement de contractualisation dans le cadre d’Egalim 2». Troisième volet : 20 M€ d’exonérations de charges MSA (5 000 € maximum par exploitation). 

 

440 M de pertes en un an 

Entre la flambée de l’alimentation animale et un prix morose, «la filière porcine française fait face au plus fort ciseau de prix jamais subi depuis trente ans», constate le ministère. En l’absence d’aides, prévient M. Denormandie, «jusqu’à 30 % de nos éleveurs [...] pourraient à terme s’arrêter dans les 12 à 18 prochains mois». «Un élevage moyen de 250 truies va perdre au moins 80 000 en six mois», abonde le président de la FNP François Valy, présent lors du point presse du 31 janvier. Les 270 M€ d’aides «ne vont pas boucher tous les trous», indique-t-il, la filière ayant chiffré le total des pertes à 440 M€ sur un an. De son côté, l’interprofession Inaporc a aussi salué une «bulle d’oxygène pour la filière alors que les fermes sont prises en étau». Au-delà des aides de crise, professionnels et pouvoirs publics ont signé le 31 janvier une feuille de route. Celle-ci prévoit «la poursuite de la mobilisation des autres États membres» afin d’obtenir des mesures de marché au niveau européen, ou encore une «campagne de promotion pilotée par les professionnels» (d’un budget de 100 000 €). Mais l’axe central de cet accord est «l’engagement de tous les acteurs, des producteurs aux distributeurs, à accélérer sous un mois, la mise en place d’Egalim 2», d’après le ministère. «Quand les acteurs appliquent la loi Egalim 2 tout au long de la chaîne, ça marche !, a plaidé Julien Denormandie. Mais certains ne jouent pas le jeu et refusent d’utiliser les bons indicateurs de coût de production». Avec son plan de sauvegarde, «l’État a pris sa responsabilité, estime la FNP. Aux OP, GMS et industriels, désormais au pied du mur, de prendre les leurs !» Dans une communication remarquablement alignée, pouvoirs publics et éleveurs ont renvoyé la balle à l’aval. La réaction ne s’est pas fait attendre : dès le lendemain, certains transformateurs et distributeurs annonçaient leur volonté de privilégier l’origine France. 

 

La MSA a ouvert ses guichets

«Les exploitants et employeurs touchés par la crise de la filière porcine et qui ne seraient pas en mesure d’acquitter leurs charges sociales, peuvent, sans attendre, demander à bénéficier du report de leurs prochaines échéances de paiement de leurs cotisations et contributions sociales», indique la MSA dans un communiqué du 9 février. Elle précise en outre que l’enveloppe de 20 millions d’euros débloquée par l’État et destinée à prendre en charge les cotisations sociales des exploitants et employeurs de la filière porcine «obéira aux règles et procédures classiques des prises en charge de cotisations». Cependant, «le report des cotisations ne préjuge pas du bénéfice de la prise en charge des cotisations sociales. Cette dernière peut ne pas couvrir la totalité des échéances dont le report aura été demandé», précise la MSA.

 

Des promesses de l’aval pour soutenir l’origine France

Après le déblocage d’aides d’urgence pour les éleveurs de porcs, Fleury Michon a annoncé le premier sa volonté d’accroître ses approvisionnements en viande française. D’autres annonces sont attendues. 
Dès le lendemain de l’annonce d’un «plan de sauvegarde» pour la filière porcine, le charcutier Fleury Michon a fait part de sa volonté d’«augmenter le plus rapidement possible sa part d’approvisionnement en viande de porc française, pour atteindre jusqu’à environ deux tiers de ses achats». Une mesure appliquée «tant que les cours resteront à des niveaux insuffisants», peut-on lire dans son communiqué, alors que les éleveurs subissent un effet de ciseaux entre la flambée de l’alimentation animale et des prix faibles. Le groupe vendéen compte, «dans un premier temps», passer en 100 % origine France pour sa gamme de rôtis. 

Gage donné  aux éleveurs 
Par ailleurs, le numéro 2 français du jambon s’engage à «continuer de respecter la loi Egalim». Un gage de bonne volonté donné en direction des éleveurs. Réagissant au déblocage des aides d’urgence, la FNP (éleveurs de porcs, FNSEA) lançait dans un communiqué le 31 janvier : «L’État a pris sa responsabilité, aux OP, GMS et industriels, désormais au pied du mur, de prendre les leurs !» Dans un contexte de négociations commerciales tendues, plusieurs actions syndicales menées par des FDSEA ont ciblé des grandes surfaces, notamment en Bretagne. 
De son côté, Intermarché a rapidement emboîté le pas à Fleury Michon, en promettant, le 2 février, de «développer l’assortiment des références VPF» (Viande de porc français) du groupe vendéen. Tout en promettant le même traitement de faveur aux «autres industriels qui s’engageront sur la voie du VPF», d’après un communiqué. Vincent Bronsard, le président d’Intermarché et de Netto, appelle à «faire jouer la mécanique de l’offre et de la demande en viande de porc française, en accroissant la demande pour faire remonter les cours». Et de rappeler qu’Agromousquetaires, le pôle agroalimentaire des deux enseignes, «s’approvisionne depuis 2015 exclusivement en viande de porc française». 
Le 9 février, enfin, Kermené, l’outil d’abattage et de transformation de E.Leclerc basé en Côtes d’Armor (22), annonçait le versement de 5 € supplémentaires pour chaque cochon acheté (hors bio). «Cette initiative solidaire est entrée en vigueur le 8 février pour un délai de deux mois. Cela représente un montant d’1,6 million d’euros versés aux éleveurs bretons partenaires de Kermené», est-il précisé. Le site s’approvisionne en effet exclusivement en porcs français, principalement issus d’élevages de la région Bretagne. «C’est un geste de solidarité et de cohésion pour la filière, dont nous faisons partie», déclare Alex Joannis, le directeur.
D’après la Fict (charcutiers industriels), d’autres annonces seraient à venir : «Plusieurs entreprises se sont déjà engagées à chiffrer précisément ces engagements très rapidement», affirme le syndicat dans un communiqué le 2 février. Ses membres s’y engagent collectivement à renforcer «significativement leurs approvisionnements en viandes issues de porcs français». Selon la Fict, environ 85 % des approvisionnements des industriels de la charcuterie viennent des élevages français. 
Y. G.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde