Aller au contenu principal

Le Label rouge blanc bleu en plein développement

Lancé il y a un an et demi, le Label rouge blanc bleu entre en phase de déploiement et recherche de nouveaux éleveurs pour répondre à une demande toujours plus importante des grandes surfaces et des bouchers.

Signe de sa renaissance, le Label rouge blanc bleu a été mis à l’honneur lors du dernier salon de l’agriculture 
à Paris, porté aussi par l’élan national de développement de filières viande bovine en Label rouge.
Signe de sa renaissance, le Label rouge blanc bleu a été mis à l’honneur lors du dernier salon de l’agriculture
à Paris, porté aussi par l’élan national de développement de filières viande bovine en Label rouge.
© Blanc bleu France



Multiplier par trois le nombre de bêtes Label rouge, tel est l’objectif de la filière bovine blanc bleu qui vise l’an prochain les 280, voire 300 bêtes certifiées. Mais pour y arriver, il lui faut de nouveaux éleveurs.
Aujourd’hui, une quinzaine d’agriculteurs sont engagés dans la production de cette viande Label rouge, soit pour Elvea, soit pour Cevinor. «En 2018, elle allait s’arrêter, faute d’activité», se souvient Guillaume Perdriel, directeur d’Elvea Hauts-de-France. Un cri d’alerte est alors lancé à Terres en fête et une synergie se crée pour sauver ce qui est alors le seul Label rouge en viande bovine régional. En mai 2019, à l’occasion du concours de Valenciennes, c’est la renaissance. «C’est un vrai pari qui a été relevé, où chacun a pris sa part de risque et d’engagement», souligne Guillaume Perdriel.

Doubler très rapidement le nombre d’éleveurs
Auchan Petite-Forêt, qui, le premier, s’est engagé, a depuis été rejoint par plusieurs grandes enseignes et boucheries. «Deux nouvelles boucheries et deux Auchan sont prêts à les rejoindre, s’enthousiasme Guillaume Perdriel, mais pour cela, il faudrait qu’on passe rapidement à six, sept bêtes par semaine, contre trois à quatre en ce moment. Soit doubler le nombre d’éleveurs et/ou leur capacité de production.»
La montée en puissance de la filière nécessite également de s’organiser et de se structurer. «Nous allons mettre en place une contractualisation pour avoir des volumes prévisionnels sur telle ou telle période, comme l’impose la loi Egalim pour le Label rouge», précise le responsable à la recherche d’éleveurs prêts à s’engager dans la démarche.
La démarche assure une meilleure valorisation de la viande de cette race locale, «très exigeante techniquement». «Il y a une obligation d’utiliser une alimentation référencée, sans OGM, liste Guillaume Perdriel. Et il y a surtout l’obligation que le veau ait du lait maternel au pis avant sevrage, ce qui est un vrai frein pour certains éleveurs dans leur méthode de production.» Le prix lui, est intéressant pour l’éleveur, malgré quelques frais supplémentaires : 20 € de coût de qualification par animal à l’enregistrement, puis 30 € à l’abattoir et enfin 10 centimes par kilo pour les frais de fonctionnement pour l’organisme de défense et de gestion du label.
Les éleveurs intéressés peuvent contacter l’organisme de sélection blanc bleu, Elvea ou Cevinor.
Après un premier entretien par téléphone, une visite technique sur l’exploitation est programmée pour parler de la conduite d’exploitation, de l’alimentation... avant un audit d’habilitation. Ne reste plus ensuite, si les bêtes sont déjà sur l’exploitation, quatre mois d’engraissement pour avoir une viande Label rouge blanc bleu ou belle bleue, selon qu’elle soit vendue en grande surface ou en boucherie.


Une race au potentiel boucher excellent

La race blanc bleu est une race allaitante possédant «une conformation exceptionnelle, et un potentiel boucher excellent, avec des rendements à l’abattage de 65 à 70 %, un rendement en viande de 80 % avec une haute proportion des pièces de première qualité, un faible pourcentage d’os et de gras – jusqu’à deux fois moins que la majorité des races –, et une viande d’une tendreté imbattable», explique Laetitia Billes, en charge de la race à la maison de l’élevage du Nord. Le point faible de ces animaux «dociles et calmes» est le vêlage. Une période qui nécessite une surveillance particulière.
La race est essentiellement élevée dans son berceau d’origine du Nord-Pas-de-Calais, mais pas uniquement. Dans toute la France, des agriculteurs en élèvent. La population des blanc bleu est estimée à 16 000 vaches, élevées dans 1 300 troupeaux. La race compte 11 600 naissances annuelles, dont 85 % en race pure.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde