Aller au contenu principal

Dégâts de gibier
Le long des cours d’eau, les ragondins font un festin de maïs

Depuis deux ou trois ans, les populations de ragondins exploseraient dans la Somme. Des agriculteurs exploitants de parcelles à proximité des cours d’eau constatent des dégâts conséquents. C’est le cas d’Hubert Boulle, à Famechon.

Des tiges cassées, qui n’ont pas résisté au poids de l’animal, quelques pains de maïs grignotés sur place, le reste certainement embarqué via les coulées bien marquées entre cette parcelle et la rivière des Évoissons. En ce mois d’octobre, Hubert Boulle, ancien agriculteur de Famechon, constate les dégâts que causent les ragondins sur les parcelles que son fils exploite désormais. «J’ai aperçu le premier il y a une dizaine d’années. Les populations explosent depuis trois ou quatre ans. Ils s’attaquent essentiellement au maïs», livre-t-il.

La Fédération des chasseurs de la Somme est consciente du problème. «Ce rongeur est arrivé par l’Aisne et a colonisé nos cours d’eau : les Évoissons, la Selle, l’Avre, la Somme… Il est beaucoup plus gros qu’un rat musqué, et cause de gros dégâts dans le maïs, mais aussi sur les berges», commente Hubert Séré, porte-parole de la fédération. Le mammifère semi-aquatique, originaire d'Amérique du Sud, a été introduit en France dans les années 1880 pour sa fourrure et est devenu une espèce invasive, raison de sa classification comme nuisible aux végétaux en France. «Nous pouvons le piéger toute l’année.»

 

Sangliers, chevreuils, blaireaux…

L’année dernière, Hubert Boulle, lui-même chasseur, en a attrapé près d’une vingtaine. «Ils faut installer des pièges car ils vivent surtout la nuit.» Cette année, il a choisi d’utiliser cette parcelle d’1,5 hectare comme zone tampon. «Ici, nous subissons aussi les dégâts de sangliers, de chevreuils, de blaireaux… On ne récoltera pas cette surface, pour préserver le reste.» La fédération de chasse s’attelle aussi à ces problématiques. Sept-cents sangliers ont été prélevés dans la Somme cette année. «Des battues ont été organisées depuis le 1er juin. Le remplacement gratuit des bracelets utilisés, qui avaient été initialement attribués, est un dispositif qui a bien fonctionné», analyse Hubert Séré.

 

Le lièvre victime d’un virus foudroyant

La plaine est bien triste cette année. C’est le constat que font de nombreux chasseurs de la Somme. Pas un lièvre à l’horizon. Pour cause : celui-ci est victime d’une maladie particulièrement virulente : l’EBHS (European Brown Hare Syndrome). «Devant les remontées de terrain, nous avons décidé de faire des comptages de nuits avec la technique de l’IKA (indice kilométrique d’abondance). Effectivement, on constate une baisse anormale de la population. Les secteurs de l’Est, vers Ham et Nesle, qui avaient une forte densité, sont les plus touchés», explique Hubert Séré, porte-parole de la Fédération des chasseurs de la Somme. Les analyses laissent apparaître des animaux touchés par le syndrome hémorragique EBHS. Ce type d’hépatite virale est extrêmement foudroyant puisque le lièvre meurt très souvent en une douzaine d’heures. Cette maladie est aussi appelée maladie de la goutte de sang, l’animal étant souvent retrouvé mort avec une goutte de sang au nez. La fédération appelle donc à la «prudence» pour cette espèce. «Les sociétés ne sont pas obligées d’aller au bout du plan de gestion.» Seul point positif, les lièvres analysés ne sont pas porteurs de la tularémie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde