Aller au contenu principal

Transport fluvial
Le long du canal Seine-Nord, pas de place pour la concurrence

Selon les porteurs des projets de plateforme logistique de Languevoisin (Euroseine) et du port intérieur de Nesle (Communauté de communes de l’Est de la Somme), leurs installations seront complémentaires avant d’être concurrentes.  

D’ici quelques années, le silo Noriap de Languevoisin pourrait devenir un pivot d’une plateforme agrologistique majeure  entre l’actuel Canal du Nord et le Canal Seine-Nord Europe.
D’ici quelques années, le silo Noriap de Languevoisin pourrait devenir un pivot d’une plateforme agrologistique majeure entre l’actuel Canal du Nord et le Canal Seine-Nord Europe.
© V. F.

D’ici quelques années, le silo de Languevoisin exploité par la coopérative Noriap n’aura plus tout à fait la même organisation, ni la même utilité. Actuellement relié au Canal du Nord, il devrait en effet se transformer sous la houlette de l’union de coopératives Euroseine en une plateforme agri-logistique. Autrement dit, celui qui est le plus grand silo de stockage de céréales de Noriap – entre 150 et 200 000 tonnes y transitent chaque année – pourrait accueillir d’autres activités avec la construction du Canal Seine-Nord Europe. L’endroit est volontiers qualifié de «stratégique» en raison de son positionnement «à mi-chemin entre les ports de Dunkerque et de Rouen», à proximité des autoroutes A1 et A29, et de villes d’importance comme Amiens et Saint-Quentin.

À chaque plateforme ses spécialités

Face à cette perspective, une concurrence peut-elle intervenir avec le projet de port intérieur qui doit être aménagé à Nesle par la Communauté de communes de l’Est de la Somme ? «Non», ont affirmé en cœur le 11 janvier dernier le président délégué de Noriap, Luc Vermersch et le président de la Communauté de communes de l’Est de la Somme, José Rioja. Pour le premier, «on parle bien aujourd’hui d’une plateforme logistique Nesle-Languevoisin. Il n’y pas d’opposition entre les projets, mais une complémentarité».

Au niveau de la collectivité, on souligne également qu’un protocole a bien été signé en 2021 pour «trouver des synergies entre le site de Languevoisin et celui de Nesle». À titre d’exemple, il est prévu qu’une concertation entre les deux gestionnaires aient lieu pour discuter de l’implantation d’une entreprise, en fonction de son domaine d’activité. D’après ce protocole, au site de Languevoisin, les activités «céréales, engrais, compost…». On parle également de l’implantation d’une unité de méthanisation, de fabrication d’hydrogène et de stockage de biofuel avec des entreprises déjà prêtes à s’y investir. Le site de Nesle serait, quant à lui, ouvert aux activités industrielles ne générant pas de nuisances et activités logistiques.

Pour le président de la commission «économie» du Conseil régional des Hauts-de-France,
Philippe Beauchamps, il s’agit d’une évidence : «il ne faut pas mélanger des activités différentes». Cependant, pas question non plus de freiner un quelconque développement : «On n’investit pas 5 milliards d’euros dans la construction du Canal Seine-Nord pour ensuite se contenter des 350 hectares de plateformes officielles – on les appelle aussi ports intérieurs et sont au nombre de quatre, ndlr - qui vont être créées», a défendu M. Beauchamp. Et d’ajouter «qu’en accord avec les territoires qui le voudront, la Région Hauts-de-France les soutiendra dans leur développement économique».

Vigilance sur l’occupation foncière

Pour le secteur agricole, Luc Vermersch comme le directeur R&D de Vinci construction, Jérôme Aubry, rappellent que le développement du transport fluvial, et donc de la plateforme agro-logistique de Languevoisin, est une aubaine : «Ce sera un outil de décarbonation d’amélioration de compétitivité et de développement de l’activité», a assuré le second.

Quant aux agriculteurs, qu’en pensent-ils ? Du côté de la Chambre d’agriculture des Hauts-de-France, comme de la FRSEA, l’accueil est aussi favorable : «Nous avons toujours été du côté du développement économique, a rappelé Laurent Degenne. Au cours des vingt dernières années, on n’a pas vu de pancartes «non au canal» dans les champs… Les agriculteurs ont au contraire contribué à la constitution de réserves foncières…» Pour autant, le même Laurent Degenne se dit «vigilant» sur la pertinence des aménagements qui seront réalisés, regrettant en certains endroits «un gâchis de terres» ; notamment en ce qui concerne les aménagements paysagers ou la voirie. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde